Endométriose : le ministère de la Santé met en place des spécialistes dans chaque région Endométriose : le ministère de la Santé met en place des spécialistes dans chaque région

News

Endométriose : le ministère de la Santé met en place des spécialistes dans chaque région par Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 11 Mars 2019

Vendredi 8 mars 2019 Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a annoncé la création de filières de médecins spécialistes de l'endométriose dans chaque région. Une réponse à la méconnaissance de la maladie et aux mauvais diagnostiques qui y sont liés.

En France, une femme sur dix est atteinte d’endométriose. Encore peu connue, la maladie est souvent diagnostiquée très tardivement entre six ou dix ans après les premiers symptômes. La maladie est liée à la présence des tissus de l’endomètre en dehors de l’utérus, ce qui crée des inflammations des tissus. Résultat, des violentes douleurs se manifestent pendant les règles (souvent très abondantes), pendant les rapports sexuels et peut causer des risques d'infertilité. Pour parer à ce problème, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé le 8 mars 2019 la création de filières médicales rassemblant des spécialistes de l’endométriose dans chaque région d’ici la fin de l’année. "Je veux que les femmes puissent se raccrocher à des médecins qui vont les écouter, leur proposer un suivi, une prise en charge de la douleur, une préservation de la fertilité et bien poser les indications chirurgicales si nécessaire", a déclaré Agnès Buzyn, lors d'une visite de l'hôpital privé Saint-Joseph à Paris. C’est de cet établissement que le ministère de la Santé s’est inspiré pour ce projet car celui-ci dispose déjà d’un groupe de professionnels de la santé spécialisé dans le traitement de l’endométriose nommé ResEndo.

Ce plan d’action permettrait une meilleure prise en charge des femmes touchées par la maladie, avec notamment une recherche des signes d’endométriose lors des consultations médicales des adolescentes et une meilleure formation des professionnels concernés par la maladie. La ministre a ajouté qu’elle prévoyait de promouvoir la recherche sur l’endométriose et de sensibiliser davantage le grand public à travers le site Sante.fr et lors des interventions sur l’éducation sexuelle dans les écoles.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires