Messieurs, méfiez-vous des apparences

News

En Suède, les restes de la première femme viking ont été découverts

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mardi 12 Septembre 2017

Des chercheurs des universités d’Uppsala et de Stockholm, en Suède, ont publié une étude qui démontre que le squelette d’un guerrier viking datant du Xème siècle, jusqu'ici identifié comme celui d’un homme, était en fait une femme.

Non, les guerriers vikings n’étaient pas uniquement des hommes. C’est ce que prouve une étude publiée le 8 septembre 2017 dans l'American Journal of Physical Anthropology. En effet, des chercheurs de deux universités suédoises ont découvert que le squelette qui reposait dans un tombeau de Birka, un site viking, du Xème siècle, était celui d’une femme. En 1880, des archéologues et historiens avaient mis au jour le tombeau. A l’époque, les restes présentaient des caractéristiques féminines, mais selon eux, il était impossible qu’une femme puisse avoir été un guerrier viking. Ils avaient tort.

Pour vérifier leur hypothèse, les chercheurs suédois ont enquêté sur l’ADN de cette personne en testant la racine dentaire et le haut du bras de la guerrière. Résultat : le squelette ne possédait aucun chromosome Y et deux chromosomes X. Selon Charlotte Hendenstierna-Jonson, qui a dirigé les recherches, il est "probable" que cette femme ait planifié, dirigé et pris part à des batailles : "La tombe contenait tout l’équipement d’un guerrier professionnel", souligne-t-elle dans l’étude. Preuve que les femmes sont aussi "guerrières" que les hommes. Et c’est la science qui le dit !


Ava Skoupsky

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus