En Californie, il est désormais interdit de prohiber la coupe afro les tresses et dreadlocks En Californie, il est désormais interdit de prohiber la coupe afro les tresses et dreadlocks

News

En Californie, il est désormais interdit de prohiber la coupe afro, les tresses et dreadlocks

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 4 Juillet 2019

Mercredi 4 juillet 2019, la Californie a voté une loi qui interdit toute discrimination raciale liée aux coiffures.

La Californie est devenue le 4 juillet 2019 le premier état américain à interdire "la discrimination raciale fondée sur les cheveux". Désormais, les coiffures comme les tresses, les dreadlocks et l’afro ne pourront plus être invoqués pour refuser un emploi, un logement, l’entrée dans une école et sur tous les lieux publics… Les employeurs pourront toujours faire appliquer certains règlements liés à la sécurité ou à l'hygiène, comme le port d'un filet sur les cheveux, pourvu qu'ils ne soient pas discriminatoires et s'appliquent à tout le monde, soulignent les services gouvernementaux dans un communiqué.

À l’origine de cette loi, Holly Mitchell, la sénatrice démocrate de Los Angeles (qui porte elle-même des locks), qui a rédigé et porté cette nouvelle mesure. “Cette loi protège le droit des Californiens noirs à porter leurs cheveux naturels, sans pression pour se conformer à des normes euro-centrées, a expliqué l’élue, pour nous, c’est un symbole de qui nous sommes. Quand je me faisais des dreadlocks il y a quinze ans, je savais que c’était une déclaration à la fois sociale et politique adressée au monde extérieur” a-t-elle ajouté.
La loi a ensuite été adoptée à l’unanimité par les deux chambres californiennes et doit entrer en vigueur dès le 1er janvier prochain. En février 2019, la ville de New York avait annoncé des directives similaires qui stipulent qu’aucun individu "ne peut obliger une personne noire à modifier ses cheveux naturels pour pouvoir être admise dans un lieu". Des legislations qui, ésperons-le, pourront empêcher des évènements discriminants de se prodruire, comme en décembre 2018, où un lycéen du New Jersey a dû se faire couper ses dreadlocks par son coach (sur ordre de l'arbitre) pour pouvoir continuer la compétition de lutte...

Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires