"Dominant porn" : comment la télé fait son beurre sur le dos des minorités "Dominant porn" : comment la télé fait son beurre sur le dos des minorités

News

"Dominant porn" : comment la télé fait son beurre sur le dos des minorités par Coline Clavaud-Mégevand

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 19 Septembre 2018

Dimanche 16 septembre, C8 diffusait Les Terriens du Dimanche, le talk-show de Thierry Ardisson. Parmi ses invités : le polémiste Éric Zemmour, qui s’en est violemment pris à l’animatrice Hapsatou Sy. Décryptage d’un dispositif médiatique désormais courant, qui consiste à mettre des personnes dominées face à leurs pires ennemis.

"C’est votre prénom qui insulte la France. La France n’est pas une terre vierge, c’est une terre avec une histoire, avec un passé. Et les prénoms incarnent l’histoire de la France." C’est avec ces propos violents qu’Eric Zemmour a attaqué Hapsatou Sy, face à un Thierry Ardisson hilare et un public survolté. Mardi 18 septembre, l’animatrice a décidé de publier la séquence intégrale sur le Web, tandis qu'Ardisson expliquait chez Morandini (intense facepalm) qu’Hapsatou Sy "s'étalait sur Twitter pour faire un bad buzz". Une affaire qui génère évidemment du clic, des vues et des ventes pour le nouveau livre d’Eric Zemmour. Mais qui révèle surtout comment les talk-shows utilisent aujourd’hui les minorités pour faire grimper leurs audiences et leur notoriété.


La télé l’a compris : mettre une féministe face à un misogyne, un enfant d’immigrés face à un raciste ou une personne LGBTQI+ face à un homophobe, c’est l’assurance d’une séquence bien à cran. En juillet, on aura ainsi vu Marlène Schiappa moquée par Jean-Claude Van Damme dans On n’est pas couché. L’hiver dernier, c’est le rappeur noir Rost qui quittait le plateau du 20H foot de CNews, après que Pascal Praud lui a intimé l’ordre de ne pas parler du racisme dans le milieu sportif. Du côté de Touche Pas A Mon Poste, le dispositif est devenu un véritable fond de commerce. Mais si ce type de scénarios est aujourd’hui surexploité par le petit écran, il est surtout très courant dans la vraie vie, analyse Marie Dasylva, créatrice de l’agence d'empowerment Nkaliworks. Dans un thread Twitter, à dérouler ci-dessous, elle qualifie de "dominant porn" ces situations où une personne dominée est invitée à expliquer ce qu’elle vit ou ce qu’elle pense d’un sujet donné ("Est-ce que cette déclaration est oppressive ?", "Pourquoi le blackface de Griezmann est problématique ?"…). En face, le contradicteur et les éventuels témoins se contrefichent de la réponse, mais jouissent de la scène et n’attendent en définitive qu’une validation de leur propre vision du monde. Plutôt que de se laisser piéger, Marie Dasylva invite les concerné.es à arrêter la conversation, et ainsi garder leurs espoirs de changement et leur énergie pour eux-même. Une façon de couper court au cirque dans lequel on a voulu les utiliser.


 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus