Doit-on encore passer à l’heure d’hiver cette année ? Doit-on encore passer à l’heure d’hiver cette année ?

News

Doit-on encore passer à l’heure d’hiver cette année ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 23 Octobre 2019

Certains sont adeptes, d’autres le détestent… Et pourtant, le changement d’heure arrive une nouvelle fois le 27 octobre 2019. Sa surpression n’est prévue que pour 2021.

En été 2018, la Commission européenne invitait les citoyens à répondre à un sondage pour la conservation ou l’abolition du changement d’heure. Le résultat était sans appel : sur les 4,6 millions de participants, 84% se sont prononcés contre le changement d'heure. D’après une consultation nationale lancée par l’Assemblée nationale en février 2019, les Français sont largement plutôt favorables (59%) au maintien l'heure d'été toute l'année. Et pourtant, l’heure est encore au changement. Le passage à l'heure d'hiver se déroulera dimanche 27 octobre 2019. Lorsque votre montre affichera 3 heures du matin, il faudra reculer l’aiguille de 60 minutes à l'heure légale. Il sera alors 2 heures.

En mars 2019, les eurodéputés ont voté pour sa suppression. Mais cette réforme devrait prendre en 2021, année où la commission des transports propose que le changement d’heure prévu en mars 2021 soit le dernier pour les États membres de l’Union européenne qui souhaitent rester à l’heure d’été. Les États membres qui, eux, préfèrent vivre au rythme de l’heure d’hiver, pourraient changer d’heure une dernière fois en octobre 2021. La Commission devra cependant veiller à ce que la décision d’un pays ne perturbe pas le fonctionnement du marché intérieur. Auquel cas, la mesure pourra encore être repoussée d’une année… "On ne peut pas se permettre d’avoir un ‘patchwork’d’heures différentes dans l’Union européenne, en conséquence nous attendons des États membres qu’ils coordonnent leurs décisions", a expliqué l’eurodéputée suédoise Marita Ulvskog, rapporteure du texte de loi. Affaire à suivre…

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires