Des scientifiques découvrent une bactérie qui mange le plastique Des scientifiques découvrent une bactérie qui mange le plastique

News

Des scientifiques ont découvert une bactérie qui mange le plastique par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 17 Avril 2018

Enfin une bonne nouvelle pour venir à bout de la pollution des mers et océans ? Cela se pourrait bien... Des chercheurs ont par hasard découvert une enzyme qui dévore le plastique et facilite le recyclage de la matière. Explications.

On partageait il y a quelques jours la vidéo saisissante de l’ONG Sea Shepherd, dénonçant la pollution des océans et notamment le million d’animaux qui meurent chaque année à cause des débris de plastique. Eh bien, en ajustant une molécule découverte au Japon en 2016, des chercheurs britanniques et américains auraient créé une enzyme mutante. Cette bactérie serait capable de dévorer une certaine forme de plastique, le polyéthylène téréphtalate. Cela ne vous dit rien ? Pourtant, c’est celui que l’on trouve dans la composition de nombreuses bouteilles en plastique. C'est ce que révèle une étude publiée lundi 16 avril dans les Comptes-rendus de l'académie américaine des sciences.

Quelques jours seraient nécessaires à cette bactérie pour engloutir une bouteille alors qu’il faut plusieurs décennies pour qu’elle disparaisse dans la nature. Et il y en a un paquet ! Un million de bouteilles sont vendues chaque minute dans le monde, et seulement 14% d'entre elles sont recyclées. D’après John McGeehan, professeur à l’Université de Portsmouth interrogé par le Guardian, bien que l'avancée soit modeste, cette découverte inattendue suggère qu’il existe une marge pour améliorer encore davantage le procédé. Les scientifiques vont désormais travailler à améliorer les capacités de ces bactéries mais également étudier les risques qu’elles pourraient présenter à long terme.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus