Des chercheurs suggèrent d’utiliser Twitter pour identifier les personnes qui souffrent de solitude extrême Des chercheurs suggèrent d’utiliser Twitter pour identifier les personnes qui souffrent de solitude extrême

News

Des chercheurs suggèrent d’utiliser Twitter pour identifier les personnes qui souffrent de solitude extrême

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 6 Novembre 2019

Dans une récente étude, des chercheurs américains ont présenté un procédé, encore en cours d’élaboration, qui permettrait de détecter les cas de solitude en fonction des tweets postés par les personnes concernées.

Si la solitude est un mal qui touche de nombreuses personnes, il n’est pas forcément aisé d’identifier celles et ceux qui en souffrent. Surtout lorsque les concerné.e.s ne font pas forcément la démarche d’en parler. Ces mêmes personnes sont par contre plus susceptibles d’utiliser les réseaux sociaux pour exprimer leur mal-être. Comme nous l’apprend France Inter, c’est justement ce qu’ont pointé du doigt un groupe de chercheurs de l’université de Pennsylvanie qui suggèrent que les réseaux sociaux peuvent s’avérer comme un bon moyen de détecter les cas de solitude.
Ils ont ainsi mené plusieurs recherches en ce sens, toutes condensées sous la forme d’une grande étude publiée dans la revue scientifique BMJ Open. Ils y présentent notamment un outil d’identification mis en place expressément afin de permettre d’identifier les situations de solitude même lorsque celles-ci ne sont pas clairement évoquées. Mais de quelle façon ? Simplement à l’aide de logiciels de reconnaissance automatique du langage qui réussissent à extraire une information précise parmi des millions d’autres messages. 

En se basant sur 400 millions de tweets publiés entre 2012 et 2016 en Pennsylvanie, les chercheurs sont ainsi parvenus à repérer et isoler 6202 comptes qui auraient tweeté à plus de cinq reprises les mots "seuls" ou "solitaire". C’est aussi de cette façon que les scientifiques ont réussi à déterminer que les personnes se sentant seules avaient tendance à publier deux fois plus de tweets que les autres dont beaucoup la nuit. 

Des tweets qui parlent d'eux mêmes 
Dans tous ces messages relevés puis décryptés avec attention, beaucoup parlent de problèmes d’addictions, que ce soit à la drogue mais aussi à l’alcool, beaucoup évoquent leur difficulté à exprimer leurs émotions, à aimer quelqu’un, à avoir des relations. On retrouve souvent l’usage d’expressions et de tournures de phrases négatives : "je ne peux pas", "personne pour", "je voudrais juste". A noter que même sur ces plateformes, ces personnes n’ont que très peu voire pas du tout d’interactions avec d’autres. 
Selon Sharath Chandra Guntuku, l’un des principaux auteurs du rapport, le modèle présenté devrait être davantage généralisé et utilisé afin de repérer ces personnes et de les aider avant qu’il ne soit trop tard : "si nous sommes capables de repérer des gens seuls et d'intervenir avant que les symptômes associés aux thèmes que nous avons identifiés commencent à se développer, nous aurons la possibilité de les aider beaucoup plus tôt"
Il insiste particulièrement sur le fait que les phénomènes de solitude : "peuvent tuer à petits feux, car les problèmes médicaux qui y sont associés peuvent prendre des années pour se déclarer".

Un procédé pas sans limites ?
Toutefois il se pourrait que cet outil de dépistage présente quelques limites comme l’explique le pédopsychiatre Bruno Falissard interrogé par France inter : "les outils de traitement automatique du langage deviennent de plus en plus performants et utiliser les réseaux sociaux pour faire de la prévention sera utile car les gens ne se sentent pas observés par les chercheurs. Mais s'en servir pour traiter tel ou tel patient me semble trop ambitieux"
Les chercheurs qui ont travaillé sur cette étude ont cependant indiqué qu’ils allaient désormais se concentrer à améliorer la précision de leur procédé en prenant en compte les "différentes dimensions de la solitude que les internautes ressentent et expriment". L’objectif final étant d’intégrer un jour l'outil à tous les comptes Twitter au moment de la connexion.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires