David Doucet (Ligue du Lol), nommé rédac chef à TPMP : pourquoi nous sommes en colère David Doucet (Ligue du Lol), nommé rédac chef à TPMP : pourquoi nous sommes en colère

News

David Doucet (Ligue du Lol) nommé rédac chef à TPMP : pourquoi nous sommes en colère par Coline Clavaud-Mégevand & Christelle Murhula

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 17 Avril 2019

Ce mercredi 17 avril 2019, on apprenait que David Doucet, membre de la Ligue du Lol, était désormais rédacteur en chef de Touche Pas à Mon Poste. Une nomination comme un crachat à la figure des victimes, et plus largement, des féministes.

MISE A JOUR DU 17 AVRIL 2019 A 20h15 

En direct dans Touche Pas à Mon Poste ce soir, Cyril Hanouna a démenti l'information selon laquelle David Doucet aurait été nommé rédacteur en chef de l'émission. Selon lui, il serait seulement "en observation", et les journalistes médiatisant l'affaire chercheraient à "faire du clic". Il a aussi minimisé les actes dont est accusé David Doucet, évoquant un simple "canulard". Le journaliste resterait selon lui très affecté par l'affaire de la Ligue du Lol. Plusieurs médias, dont nos confrères de GQ, qui ont révélé l'information, confirment que David Doucet travaille bien depuis lundi pour l'émission.


--------
Le 8 février 2019 éclatait le scandale de la Ligue du Lol, ce groupe de harceleurs prenant pour cible des féministes, des personnes LGBTQI+ et racisées, particulièrement actifs entre 2008 et 2012. Parmi eux, le journaliste David Doucet. Les faits d’armes qui lui sont reprochés, et qu’il a reconnus pour certains : des canulars téléphoniques auprès de femmes journalistes, pour leur faire de fausses propositions d'emploi, puis se moquer publiquement d’elles sur les réseaux. Mais aussi, un poste aux Inrocks obtenu en partie grâce à ses amitiés avec des membres de la Ligue du Lol. Une fois devenu rédacteur en chef Web du titre, David Doucet a, selon des enquêtes de Médiapart et L'Obs, espionné ses rédacteurs en fouillant leurs comptes Facebook et leurs ordinateurs, harcelé moralement plusieurs collaborateurs.trices et embauché des stagiaires pour leur faire des avances. 


De quoi lui valoir de sérieux ennuis lors de ces révélations : épinglé sur les réseaux, le journaliste a fini par être licencié, en raison de l’impact négatif sur "l’image" du journal et de la perte de sa "crédibilité journalistique". Mais lui et les autres membres de la Ligue ont aussi reçu du soutien, certains dénonçant l’action d’un "tribunal populaire", voire "un lynchage" pouvant briser la vie des harceleurs. Une critique souvent adressée aux féministes et aux militant.e.s antiracistes, lorsqu’ils cherchent à dénoncer les agissements de leurs oppresseurs. 

 


Sauf que, de la même façon que les agresseurs ou violeurs n’ont souvent aucun mal à retrouver une vie normale une fois leurs méfaits exposés, il n’aura pas fallu longtemps à David Doucet pour retrouver un job. Et pas des moindres, puisqu’un mois et demi seulement après son renvoi et selon une info révélée par GQ, il vient d’être nommé rédacteur en chef de Touche Pas à mon Poste. Une émission qui cumule 1,4 millions de téléspectateurs chaque soir sur C8, et où les salaires de responsables sont mirobolants. 

Cette décision sonne comme une insulte à l’égard des victimes de la Ligue du LOL, qui ont témoigné malgré les risques et les pressions. Mais aussi, de toutes  les femmes qui, chaque jour, subissent du harcèlement sexiste et sexuel, raciste et LGBTphobe. L’affaire ne relevant pas de la simple anecdote médiatique, du fait de son timing, de l’importance du poste, mais aussi, de la nature de l’émission, régulièrement dénoncée pour son caractère ultra-problématique. A minima, elle a été prise pour montrer que Touche Pas à Mon Poste et Cyril Hanouna, son tout puissant patron, font bien ce qu’ils veulent, malgré toute l’énergie déployée par celles et ceux qui luttent pour le respect de leurs droits fondamentaux. Mais on peut aussi y voir un message, adressé à celles qui imagineraient pouvoir faire reculer les oppressions dans la sphère médiatique : ce sont toujours les mêmes qui restent aux commandes, quelles que soient leurs actions. Et comment ne pas penser à la thèse du backlash, ou 'retour de bâton', présentée par l'autrice Susan Faludi dans son essai Backlash : La guerre froide contre les femmes ? Elle y explique comment nos sociétés, et en particulier, les médias, ripostent à chaque avancée féministe.


La nomination de David Doucet prouve enfin, si on en doutait encore, l’existence des boys club, ces réseaux qui permettent aux hommes jouant le jeu de la masculinité hégémonique de faire avancer leur carrière, au détriment des personnes issues des minorités sociologiques. Ironie suprême : sur Twitter, Florence Porcel, comédienne et vidéaste qui avait dénoncé les agissements de la Ligue du LOL, a raconté avoir été contactée par l’émission au moment de l’affaire pour témoigner. Une absence de décence qui arrive encore à nous surprendre. Mais qui confirme la nécessité de rester mobilisées. 
 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires