Coupe du monde féminine 2019 : le journaliste Michel Izard ne s’excuse qu’à moitié pour ses termes sexistes Coupe du monde féminine 2019 : le journaliste Michel Izard ne s’excuse qu’à moitié pour ses termes sexistes

News

Coupe du monde 2019 : le journaliste Michel Izard ne s’excuse qu’à moitié pour ses propos sexistes par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Jeudi 20 Juin 2019

Mardi 18 juin 2019, une séquence du Mondial féminin 2019 diffusée dans le JT de Jean-Pierre Pernaut a fait polémique sur la Toile. Pourquoi ? Le journaliste-commentateur Michel Izard a enchaîné les termes sexistes. Le lendemain, ce dernier s'est expliqué, et qu'à moitié excusé, dans l’émission "Quotidien". Explications.

"Avec des gestes si délicats, au bout de doigts si fins, on peut comprendre que certains rêveraient d’être à la place de la balle", commentait le journaliste Michel Izard, pour évoquer une séquence de la Coupe du monde féminine 2019 dans le JT de 13h de Jean-Pierre Pernaut, mardi 18 juin 2019. Avant d’ajouter : "l’essentiel est ailleurs, dans ce jeu léger de jambes pour faire, comme les garçons, du tricot sur la pelouse. Une maille à l’endroit, une maille à l’envers, et donner le tournis ou la rage de vaincre." Des commentaires qui sont loin d'être passés inaperçus sur les réseaux. Le journaliste a de suite été pointé du doigts pour avoir employé un vocabulaire sexiste

Effet boule de neige, avalanche de réactions, le tollé a pris tant d’ampleur que le concerné, Michel Izard, a été invité pour s’expliquer dans l’émission Quotidien, dès le lendemain, mercredi 19 juin 2019. Il l’a reconnu, certains de ses termes n’auraient pas dû être employés, ceux concernant la première partie de son commentaire particulièrement.Toutefois, le journaliste, grand amateur de figures de styles sur fond d'humour décalé, n’a pas remis en question sa référence au tricot. Selon ce dernier, ce n'était qu'une métaphore n’ayant pas raison de devenir un sujet de débat. "Alors le tricot, toute la matinée, je me suis dit ‘est-ce que je le dis ou pas’. Mais l’an dernier, j’ai fait un sujet sur les hommes et j'ai parlé du tricot, car c’est une expression. Je l’ai dit pour les hommes, alors je me suis dit ‘je vais le dire pour les femmes", explique-t-il de mauvaise foi. La journaliste de Quotidien, Lilia Hassaine, a mis un terme au débat en concluant: "les figures de style, c’est toujours casse-gueule quand on parle de foot féminin". Ce qui est très juste, surtout quand elles sont sexistes. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires