Consommation : 90% des sels de table contiendraient des microparticules de plastique Consommation : 90% des sels de table contiendraient des microparticules de plastique

News

Consommation : 90% des sels de table contiendraient des microparticules de plastique

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 23 Octobre 2018

Accusé de provoquer des maladies cardio-vasculaires et des infarctus, le sel n’est pas toujours présenté comme fantastique. Une récente étude montre qu’en plus, dans 90% des cas on y retrouve des microparticules de plastique.

Encore un mauvais point pour le sel. Une nouvelle étude scientifique a publié que votre salière contenait certainement le condiment (trop) adoré mais aussi du plastique. Pour cela ces scientifiques sud-coréens ont testé 39 marques de sel différentes provenant de 16 pays et ont découvert que la majorité – à savoir 90% - contenait des microplastiques. Comment est-ce possible ? Pour répondre à cette question, rien de plus simple, il suffit de revoir le processus de fabrication du sel de table. De petites mares sont remplies d'eau de mer laissée jusqu'à évaporation. Le produit qui en résulte, est le sel marin. Or, les océans sont pollués par le plastique.

Publié dans la revue Environmental Science & Technology, le rapport apprend que parmi les différents types de sel testés, le sel de mer, le sel de lac et le sel de roche étaient ceux qui présentaient le taux de contamination au plastique le plus élevé. L’auteur de l’étude et professeur Kim Seung-Kyu a déclaré : "Les résultats suggèrent que l'ingestion de microplastiques chez l’humain par des produits marins est fortement liée aux émissions de plastiques dans une région donnée". Si ont été vérifiés les sels provenant du Royaume-Uni, des Etats-Unis, d’Australie et de France, la présence de microplastique la plus forte avait été enregistrée dans le sel distribué en Asie. Également actif auprès de Greenpeace East Asia, Kim Seung-Kyu a ajouté : "Afin de limiter notre exposition aux microplastiques, des mesures préventives sont nécessaires, telles que le contrôle des rejets dans l'environnement de plastiques mal gérés et, plus important encore, la réduction des déchets plastiques." D’après l’étude, un adulte consommerait en moyenne pas loin de 2 000 microparticules de plastique par an via le sel. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus