News

Coming out : près d'une personne LGBT sur trois n'ose pas ou ne veut pas déclarer sa sexualité à son entourage par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 12 Octobre 2018

À l’occasion de la journée internationale du coming out le 11 octobre, l’Ifop a dévoilé les résultats d'une enquête évaluant le nombre d’homosexuels et bisexuels français qui n'osent pas parler de leur orientation sexuelle à leurs proches, ou sur leur lieu de travail.

Réalisée auprès d’un échantillon national représentatif de 994 femmes et hommes homosexuels, bisexuels ou transgenres âgés de 18 ans et plus, cette étude a été menée par l'Ifop en partenariat avec Tell Me The Truffe (agence de com' spécialisée sur le thème de la diversité). Et elle révèle que faire un coming out n'est pas évident, mais aussi qu'il existe des disparités en fonction de l'orientation sexuelle, toutes les personnes LGBT ne se sentant pas égaux face au fait de "sortir du placard".

Une révélation plus courante auprès des mères que des pères

Près d’un quart (22%) des hommes gays ont un père qui n’est pas actuellement au courant de leur homosexualité. Si environ trois quarts d'entre eux (72%) ont une mère qui l'accepte, moins des deux tiers des gays et lesbiennes interrogés (65%) ont un père qui fait preuve de tolérance à l’égard de leur orientation sexuelle. Cependant, avoir des parents au courant ne signifie pas qu’ils le cautionnent forcément : 13% des sondés indiquent avoir un père qui n’accepte pas leur homosexualité, soit un chiffre légèrement plus important que ceux qui déclarent avoir une mère qui rejette leur orientation sexuelle (8%).

Près d'une personne LGBT sur trois n'ose pas ou ne veut pas déclarer sa sexualité à son entourage

D'après l'étude de l'Ifop, 71% des personnes LGBT annoncent avoir partagé leur orientation sexuelle avec au moins un membre de leur entourage. Si 94% des sondés déclarent qu’au moins un de leurs proches connaît leur orientation sexuelle, ce chiffre tombe à 59% pour les bisexuels. Des disparités qui démontrent qu’en fonction de leur sexualité, tous les individus LGBT ne se sentent pas égaux face au coming out : l’homosexualité se déclare plus facilement que la bisexualité. "Il semble qu’une forme de normativité soit en train de s’installer au sein des sexualités considérées comme alternatives. L’homosexualité s’accepte de plus en plus, sans disparité significative en fonction des CSP ou des lieux de vie. Les autres formes de sexualité semblent, elles, faire encore l’objet d’un tabou", commente Elie Sic-Sic, président de Tell Me The Truffe.

Près de 19% des personnes LGBT déclarent avoir été discriminées dans leur recherche d'emploi

Seulement 48% des personnes LGBT déclarent que leur orientation sexuelle est connue par au moins un de leurs collègues. 19 % des personnes LGBT racontent avoir été discriminées en raison de leur orientation sexuelle par des chefs d’entreprise ou des recruteurs lors de leur recherche d’emploi. Un quart des personnes LGBT (25%) estiment avoir fait l’objet de discriminations en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre, par des supérieurs hiérarchiques ou des collègues une fois employés dans l’entreprise. "Ce qui nous a le plus frappé, c’est la grande différence de ressenti entre les hommes et les femmes : le sentiment d’être discriminé sur son lieu de travail monte à 42% lorsqu’on est une femme homosexuelle, commente David Herz, co-fondateur de Tell Me The Truffe. Un autre point qui nous alerte est le mal-être ressenti par la tranche la plus jeune de la population active : avec les plus de 65 ans, les 25-34 ans sont ceux qui souffrent le plus du sentiment de discrimination, alors qu’ils sont porteurs du renouveau dans le monde du travail. Cela doit interroger fondamentalement l’ensemble des entreprises sur les signes à émettre pour rassurer celles et ceux qui s’apprêtent à les rejoindre". 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus