Closer attaque Valérie Trierweiler en justice

News

Closer attaque Valérie Trierweiler en justice

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 17 Septembre 2014

Selon "Closer", les informations pour lesquelles il avait été condamné sont publiées dans le livre de Valérie Trierweiler. Le magazine people réclame 1 euro de dommages et intérêts et le remboursement de ses frais de justice.

Closer contre-attaque ! Le magazine people avait été condamné en mars et juin derniers pour atteinte à la vie privée et aux droits à l’image. Après la publication de clichés du chef de l'Etat François Hollande en compagnie de l’actrice Julie Gayet, Closer avait écrit que Valérie Trierweiler vivait avec un esprit de revanche et avait annoncé un rendez-vous entre elle et le président de la République après leur séparation en janvier 2014. ###twitter###Des écrits qui avaient conduit le magazine à verser la somme de 19 000 euros à l'ex-première Dame. Pourtant, la journaliste de 49 ans raconte ces rencontres dans son livre Merci pour ce moment. Estimant qu'il ne s'agit plus d'une atteinte à la vie privée, Closer lui réclame 1 euro de dommages et intérêts ainsi que le remboursement des frais de justice. Le magazine du groupe Mondadori n’a fait aucun commentaire concernant cette information. Contactés par l’AFP, Valérie Trierweiler a affirmé n’être au courant de rien, son avocat Me Georges Kiejman a quant à lui, qualifié la décision du magazine de "fabriole". Affaire à suivre ...

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

 

 

 

 

 

Anaëlle Jalef

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus