News

Ces histoires de tueurs qu'on aimerait voir adaptées en série par Anaïs Robert

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 5 Novembre 2018

Parce qu’on aime rien tant que se faire peur, on a sélectionné quatre histoires vraies de tueurs qu’on aimerait voir adaptés en série. Netflix si tu nous lis…

Niels Hogel, l'infirmier du diable
Il est le plus grand tueur de l’histoire contemporaine allemande. Niels Högel, dont le procès vient de débuter, est accusé d’avoir assassiné au moins 90 personnes… ou le double. Lui-même ne parvient pas à s’en souvenir. Le motif de cet infirmier ? L’ennui. Son procédé ? L’administration de doses mortelles de médicament à ses patients. Son jeu morbide était ensuite de parvenir à les réanimer. Ses regrets ? Zéro. Surnommé « le pire meurtrier d’Allemagne depuis Hitler » par la presse d'outre-Rhin, il se serait vanté de ce titre auprès de ces codétenus. 

Luka Magnotta, le dépeceur de Montréal

En quête de célébrité, Luka Magnotta l’a trouvée de la pire des manières. En 2012, cet ex escort et acteur porno publie une vidéo sur le web où on le voit posant avec un pic à glace. A ses côtés, le cadavre de Jun Li, son ex-petit ami qu'il va ensuite démembrer. La vidéo fait le tour du monde et la cavale du tueur est suivie par les médias des quatre coins du globe. Arrêté quelques jours plus tard à Berlin, le tueur, obsédé par sa propre personne, fait désormais l’objet d’une fascination morbide. Outre ses nombreux fans sur le web, il a été possible de suivre le « Magnotta tour » à Montréal, revenant sur les lieux où il a vécu. Vous avez dit glauque…

Robert Pickton, le boucher canadien

En février 2002, la police de Vancouver perquisitionne la propriété de Robert Pickton, un éleveur de porcs canadien. Elle cherche des armes et trouve… des têtes, des mains et des pieds de femmes disséminés un peu partout.  Hors, il se trouve justement que des prostituées avaient alerté de la disparition de certaines de leurs consœurs, sans vraiment de résultats. La police comme la presse, personne ne s’en souciait. Ainsi, entre 1978 et 2002, Robert Pickton a assassiné, d’après ses aveux, 49 prostituées. Et la suite rivalise avec un film d’horreur : après les avoir découpées, il les nourrissait à ses porcs, vendait leur chair afin qu’elle soit consommée ou utilisée par l’industrie cosmétique. Condamné en 2007 à la prison à vie, il ne confessera qu’un seul regret : n’être pas parvenu à en tuer une cinquantième.

Richard Ramirez, le « stalker » nocturne

Richard Ramirez est l’auteur de 13 meurtres en Californie, en seulement 14 mois. Le tueur opérait de nuit, s’introduisant chez des habitants pour leur tirer dessus, les étrangler ou leur trancher la gorge. Ensuite, selon son envie, il peignait un pentagramme, symbole sataniste.L'homme était persuadé d'être un démon. Pas de quoi refroidir une jurée à son procès qu'il séduit par le regard. Considéré comme un beau gosse, il va recevoir des centaines de milliers de lettres de jeunes filles en captivité. A sa mort en 2013, il était fiancée à une écrivaine de 23 ans. 

Magdalena Solis, la grande prêtresse du sang

Elle se prenait pour la réincarnation d’une déesse. Dans un petit village du Mexique, tout un culte satanique s'était instauré autour de Magdalena Solis. Au programme : des orgies sexuelles et des sacrifices humains, afin qu’elle boive le sang de ses victimes. Arrêtée avec son frère en 1963, elle est condamnée à 50 ans de prison. Elle est désormais libérée. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus