Cancer : un implant génère un grain de beauté artificiel en cas d’alerte Cancer : un implant génère un grain de beauté artificiel en cas d’alerte

News

Cancer : un implant génère un grain de beauté artificiel en cas d’alerte par Géraldine Verheyen

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Dimanche 22 Avril 2018

Des chercheurs européens ont développé un implant détecteur du cancer capable de générer un grain de beauté artificiel en cas de risque. Explications.

C’est une avancée décisive dans la prévention du cancer. Des scientifiques suisses ont mis au point un implant capable de produire de la mélanine en cas d’augmentation du taux de calcium dans le sang, signe d’apparition de la maladie. Grâce à ce patch sous-cutané, la personne porteuse est prévenue du développement de la tumeur grâce à l’apparition d’un faux grain de beauté sur la peau. D’après les chercheurs, l’appareil peut reconnaître les quatre types de cancers les plus courants – le cancer de la prostate, du poumon, du côlon et du sein – et ce, à un stade où il est encore possible de le guérir. Car contrairement au diagnostic conventionnel, le mouchard permet de détecter le développement de la maladie à un stade très précoce. "De nos jours, les gens vont généralement chez le médecin seulement lorsque la tumeur commence à causer des problèmes. Malheureusement, à ce moment-là, il est souvent trop tard. La détection précoce augmente significativement les chances de survie", a affirmé Martin Fussenegger, professeur au Département des sciences et de l'ingénierie des biosystèmes de l'ETH Zurich.

D’après la Ligue contre le cancer, 150 000 personnes meurent chaque année de la maladie en France. Une détection précoce permettrait non seulement d'augmenter le taux de survie, mais aussi de réduire de manière drastique le coût des traitements.
Une version invisible du dispositif a également été développée pour éviter de devenir obsédé par la recherche d’un signe sur la peau. Le médecin procèderait alors à des contrôles réguliers grâce à une lumière rouge.

Le système, qui pourrait être disponible dans dix ans, n'a pour l’instant, été testé que sur des cellules humaines, sur des souris et sur la peau de porc. Dans tous les cas, les résultats ont montré qu’il était efficace. Au long terme, les chercheurs aimeraient l'utiliser afin de repérer d'autres marqueurs biologiques, comme les dérèglements hormonaux.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus