Cancer du col de l’utérus : le dépistage sera remboursé à 100% Cancer du col de l’utérus : le dépistage sera remboursé à 100%

News

Cancer du col de l’utérus : le dépistage pourrait être remboursé à 100% par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Le dépistage du cancer du col de l’utérus pourrait bientôt être pris en charge à 100%. C’est en tout cas ce qu’a proposé Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, pour les femmes qui n'ont pas fait de frottis de prévention depuis 3 ans.

On n’aura plus d’excuses pour éviter notre gynéco. La prise en charge totale du dépistage du cancer du col de l’utérus pourrait bientôt devenir réalité, comme l’a annoncé Agnès Buzyn, ministre de la Santé au micro de France Inter le 25 mars 2018. La mesure fait partie du plan de prévention du gouvernement, présenté le 26 mars 2018. "Toutes les femmes qui n’auront pas fait de frottis pendant 3 ans seront amenées à faire un frottis pris en charge à 100% par la sécurité sociale", dit-elle, avant de préciser : "Nous sommes très mauvais en prévention en France". C’est le cas de le dire. Dans l’Hexagone, le cancer du col de l’utérus est le 12ème cancer le plus fréquent chez la femme. En 2015, il était responsable de 1 092 décès, d’après l’Institut National du Cancer.  Pour Agnès Buzyn, la gratuité de ce dépistage pourrait "éviter 3 000 cas de cancer du col inutiles par an et 1 000 morts par an". Pour nous, la mesure serait surtout un bon moyen d'arrêter de se prendre la tête : le coût du frottis de dépistage varie en fonction de l’endroit où il est effectué (médecin généraliste, gynécologue, hôpital, etc.). Actuellement, il est pris en charge à 70% par l’assurance maladie.

A l'échelle internationale, l'Hexagone est à la ramasse, malgré tout, face à des pays comme l’Australie. En 2007, une campagne de vaccination gratuite contre les papillomavirus (ces bestioles sont responsables du développement du cancer du col de l’utérus) avait été lancée dans les collèges. Résultat : le virus pourrait totalement disparaître du pays d’ici 20 ans. Alors que 87% des jeunes Portugaises sont vaccinées contre les HPV, seulement 19% des Françaises peuvent en dire de même.    

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.