News

Boycott à la consommation : un collectif appelle à une "journée sans achat" par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 1 Octobre 2018

Ce lundi 1er octobre 2018, un collectif de citoyens appelle à faire une "journée sans achat" pour se faire entendre sur la question de l’environnement.

Ne rien acheter pendant une journée, ne pas retirer d'argent, ni faire le plein de carburant : ce lundi 1er octobre 2018,  un collectif de citoyens incite à faire une "journée sans achat", afin de faire pression sur les acteurs politiques et économiques pour aider les consommateurs à faire des achats de façon plus éthique. Une initiative de Carol Galand, rédactrice en chef du magazine QOA Mag, également à l'origine de l'appel à manifester dans le cadre du mouvement #MeToo. "Le premier octobre, n’achetons pas. N’allons pas au supermarché, n’allons pas à la station-service. Ne retirons pas d’argent, ne le dépensons pas. Ne consommons pas. Privons les pouvoirs publics, les lobbies et les entreprises de leurs consommateurs, pour les obliger à comprendre qu’il va falloir écouter leurs citoyens !", explique la page Facebook créée pour l’événement. Très vite, Carol Galand a été soutenue par la plateforme i-boycott.org, qui cumule plus de 100 000 abonnés sur les réseaux sociaux.

Cette action intervient après le mouvement initié par de nombreux consommateurs au Maroc en mai dernier : un appel au boycott de certaines grandes marques - les produits laitiers Danone, les stations service Afriquia et l’eau minérale Sidi Ali - avait été lancé sur les réseaux sociaux pour protester contre les prix jugés trop élevés. Résultat : Danone avait dû baisser le prix de certains produits et a perdu plus de la moitié de ses parts de marché dans le pays en quelques mois. "Imposons nos règles avant que le climat ne nous impose les siennes, les nouvelles, celles qui ont changé parce que notre système n’a pas voulu l’entendre", insiste le collectif qui se dit prêt à renouveller le mouvement le 1er novembre 2018. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus