#BeenRapedNeverReported : quand les victimes de viol osent parler

#BeenRapedNeverReported : quand les victimes de viol...

#BeenRapedNeverReported : quand les victimes de viol osent parler

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 31 Octobre 2014

Jeudi 30 octobre, Antonia Zerbisias a lancé le hashtag #BeenRapedNeverReported sur Twitter pour lever le voile sur son viol et soutenir l’actrice Lucy DeCoutere victime elle-aussi. Depuis, le phénomène prend de l’ampleur sur le réseau social.

Depuis quelques jours, les langues se délient au Canada au sujet de Jian Ghomeshi, l’ex-animateur de l’émission de radio canadienne Radio Q et ses potentiels actes de viols commis sur plusieurs femmes qui ont d’abord témoignées anonymement. ###twitter### Deux d’entre elles ont fini par dévoiler leur identité : l’actrice Lucy DeCoutere qui joue dans la série Trailer Park Boys et l’écrivain et avocate Reva Seth. De nombreux messages de soutiens sont apparus sur les réseaux sociaux avec notamment le hashtag #ibelievelucy (Je crois Lucy). Mais c’est sans conteste celui de Antonia Zerbisias : #BeenRapedNeverReported (J'ai été violée mais je n'ai jamais porté plainte) posté ce jeudi 30 octobre sur Twitter qui semble devenir rival.

Journaliste pour le Toronto Star, elle a avoué pour la première fois via son hashtag avoir été victime de viol afin d’apporter son soutien à l’actrice Lucy Decoutere. Depuis, sa démarche permet à un grand nombre insoupçonné de femmes de pouvoir enfin s’exprimer sur ce qu’elles ont subi et souvent caché. Retrouvez ci-dessous quelques exemples.

Une mobilisation qui fait écho au court-métrage "Je suis à l’heure" (ci-dessous) réalisé par Isabelle Quintard et Fabien Motte à l’occasion du Nikon Film Festival. Le clip qui est soumis aux votes des internautes a déjà été visionné plus de 760 000 fois. Il met en lumière l’indifférence totale des gens confrontés à des scènes de violences en plein jour, notamment le viol.

Par ailleurs, l’institut Yougove a réalisé, pour la fondation Thomson Reuters, une étude dans 16 grandes villes du monde. De cette enquête en ressort un constat édifiant concernant notre capitale : 8 femmes parisiennes sur 10 pensent qu’elles ne peuvent pas compter sur l’aide des autres dans le métro. Avec ce résultat, Paris se retrouve à la 11ème place derrière Moscou et Manille et devant Séoul et Londres dans le classement des villes où les femmes ne se sentent pas en sécurité dans le métro. Un phénomène de plus en plus dénoncé suite à l’agression sexuelle d’une jeune femme en septembre dernier dans le RER B ou encore en avril dernier dans le métro de Lille.

Capture d'écran du résultat du sondage que vous pouvez retrouver en entier ici.

--> Retrouvez plus de news et d'actualités sur Glamour.fr !

Nolyne Cerda

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus