Basique : des avocats reprennent le clip d'Orelsan pour critiquer le gouvernement Basique : des avocats reprennent le clip d'Orelsan pour critiquer le gouvernement

News

Gênance : des avocats reprennent le clip d'Orelsan pour critiquer le gouvernement

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Des avocats qui rappent sur le tube d’Orelsan et reprennent même la chorégraphie dans leur robe de juge, ça donne quoi ? Une vidéo virale à plus de 536 330 vues et une révolte contre le ministère de la Justice.

"L’imitation est la plus sincère des flatteries". Depuis sa sortie le 20 septembre 2017, le clip "Basique" d’Orelsan à la scénographie très léchée a souvent été parodié. La plus célèbre de toutes étant celle de Manu Payet, pour la vidéo promotionnelle de la cérémonie des César 2018.

Le titre du rappeur, triple fois récompensé, invite chacun à la reprise pour dénoncer à leur tour ce qui leur tient à coeur. Pour Manu Payet, il s’agissait de faire référence aux agressions sexuelles dans l’industrie cinématographique.

Pour ces avocats du Havre, l’enjeu était de protester contre la réforme de la carte judiciaire, qui sera menée par le ministère de la Justice au printemps. Elle prévoit d'instaurer un tribunal par département. Les avocats du tribunal de grande instance du Havre ont publié sur leur page Facebook, mardi 27 février 2018, leur reprise du clip "Basique" d’Orelsan. Depuis sa publication, la vidéo est vite devenue virale, elle en est maintenant à plus de 536 330 vues.

Si l'initiative est plutôt bien vu, le résultat nous a mis légèrement mal à l'aise. On vous laisse apprécier. Ou pas.


Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus