Au travail, de plus en plus de salariés préfèrent emmener un repas fait maison que d’aller à la cantine Au travail, de plus en plus de salariés préfèrent emmener un repas fait maison que d’aller à la cantine

News

Au travail les salariés fuient la cantine et préfèrent emmener des repas faits maison

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 9 Octobre 2019

A l’occasion de la trentième semaine du goût, des spécialistes se penchent sur les habitudes alimentaires des salariés au bureau. Adieu cantines et autres plats achetés dans les restaurants ou fast-food alentours, les Français seraient de plus en plus nombreux à opter pour des repas faits maison.

Fini la queue à la cantine pour une assiette de frites, oubliés les euros dépensés chaque midi dans la boulangerie ou le bar à salades du coin, quand vient l’heure de la pause déjeuner, les salariés français sont de plus en plus nombreux à préférer amener leur lunchbox minutieusement préparée la veille à la maison.
Une étude du Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) relayée par Le Parisien indique même que pour les Franciliens ce serait devenu l’un des premiers modes de consommation. 25 % d’entre eux ont en effet déclaré préférer apporter leur gamelle tandis que seuls 11% ont révélé acheter un plat déjà préparé ou se rendre au restaurant ou à la cantine le midi. Pascale Hébel, directrice du pôle consommation au Credoc confirme que "préparer soi-même son repas est une tendance très forte" et précise que celle-ci "se manifeste surtout chez les femmes, les jeunes et les classes moyennes".

Une façon de manger mieux et plus sainement
Si cette option se veut plutôt économique et pratique, pour beaucoup c’est surtout une façon de manger plus sainement. "Les salariés veulent avant tout maîtriser ce qu'ils mangent" affirme Pascale Hébel. Que ce soit pour des soucis d’éthique, de diététique mais aussi parce que les régimes alimentaires ont évolué et que davantage de personnes ne consomment plus de viandes ou de gluten par exemple.
Ainsi d’après une autre étude menée par Buzzpress France pour les boites à bento Umami, 74% des Français sont convaincus de manger des plats plus sains lorsque ceux-ci sont mitonnés à la maison. Ils sont donc 28 % à emmener leur propre casse-croûte au boulot.  On apprend également que le batch cooking (qui consiste à préparer plusieurs repas pour la semaine en une seule fois) compte de plus en plus d’adeptes, soit 53% des interrogés.

Une question d'éthique
De nouvelles habitudes de consommation qui font aussi écho aux nouvelles priorités des Français en ce qui concerne l’alimentation. C’est justement ce sur quoi se penche la trentième édition de la semaine du goût qui se déroule du 7 au 13 octobre 2019, en s’appuyant notamment sur les résultats de la Consultation nationale "Comment permettre à chacun de mieux manger?". Selon Le Parisien, pour faire du bien à la planète les Français souhaiteraient "privilégier les circuits courts avec des ingrédients locaux et de saison, réduire le plastique et le suremballage et prendre en compte le bien-être animal". Côté santé, ils pointent du doigt le sucre, le sel, le gras et les additifs chimiques.
Et si vous êtes désireux de manger de meilleurs produits qui sont aussi plus équilibrés Sophie Gerstenhaber, directrice de la semaine du goût propose de se tourner vers des services de livraison de repas qui proposent des alternatives tout aussi saines.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires