Affaire Snowden : la NSA espionnait l’Union Européenne et les ambassades à Washington Affaire Snowden : la NSA espionnait l’Union Européenne et les ambassades à Washington

Affaire Snowden : la NSA...

Affaire Snowden : la NSA espionnait l’Union Européenne et les ambassades à Washington

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 1 Juillet 2013

Le journal allemand "Der Spiegel" a révélé ce week-end que la NSA avait espionné les communications des représentants de l’Union Européenne à Washington, ainsi que ses différentes ambassades. Une découverte qui provoque un tollé en Europe.

A chaque jour sa découverte. Depuis qu’Edward Snowden, ancien employé de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA), a révélé l’opération "Prism" d’espionnage électronique, l’"affaire Snowden" n’en finit plus de rebondir.

Alors que samedi dernier nous apprenions via l’hebdomadaire allemand Der Spiegel que la NSA espionnait les représentants diplomatiques de l’Union Européenne à Washington, c’est aujourd’hui au tour du Guardian de révéler qu’un certain nombre d’ambassades étaient également la cible de cette surveillance électronique. Parmi elles, celles de la France, de l’Allemagne, de l’Italie ou encore de la Grèce. ###twitter###

A l’origine de cette découverte, un document daté de 2010 -transmis au journal anglais par Snowden lui-même- explique que l’Union Européenne était mise sous surveillance afin d’en savoir plus sur les discordes entre ses pays membres.

Très remontées, de nombreuses figures politiques des pays concernés ont aussitôt fait part de leurs opinions. Première à s’exprimer, la ministre Allemande de la Justice, Sabine Leutheusser-Schnarrenberge, a déclaré dans un communiqué : "Il faut que du côté américain on nous explique immédiatement et en détail si ces informations de presse à propos d’écoutes clandestines totalement disproportionnées par les Etats-Unis dans l’Union européenne sont exactes ou non".

De son côté la Commission européenne a elle aussi réagi : "Nous avons pris contact immédiatement avec les autorités américaines à Washington et à Bruxelles et les avons mis face aux informations de presse. Ils nous ont dit qu’ils vérifiaient l’exactitude des informations publiées hier et qu’ils reviendraient vers nous".

En France, Laurent Fabius, chef de la diplomatie, s’est également exprimé dans un communiqué : "La France a demandé aujourd’hui des explications aux autorités américaines au sujet des informations dévoilées par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel selon lesquelles la National Security Agency (NSA) aurait espionné les institutions de l’Union européenne. Ces faits, s’ils étaient confirmés, seraient tout à fait inacceptables".

Sur Twitter, Fleur Pellerin, ministre de l’Economie numérique, et Michel Barnier, commissaire français au Commerce, se sont également exprimés :

En réponse à l’Union Européenne et à ses pays membres, la Direction nationale du renseignement américain (ODNI) a fait savoir dans un communiqué que les Etats-Unis "répondront de façon appropriée" via les canaux diplomatiques. Affaire à suivre, donc.

--> Retrouvez plus de news Glamour !

Amélie Frantelle

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus