Absher : l’application honteuse qui contrôle les déplacements des femmes en Arabie saoudite Absher : l’application honteuse qui contrôle les déplacements des femmes en Arabie saoudite

News

Absher : l’application honteuse qui contrôle les déplacements des femmes en Arabie saoudite par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Dimanche 3 Février 2019

En Arabie saoudite, de plus en plus de femmes tentent de fuir leur pays pour plus de libertés. C’était sans compter sur la détermination du gouvernement qui a récemment développé une application, Absher, qui permet aux pères et maris de les empêcher de quitter le territoire. Explications.

Si le gouvernement en place tente de faire croire le contraire aux autorités internationales, il ne fait vraiment pas bon être une femme en Arabie saoudite. Si le 26 septembre 2017, elles ont obtenu du roi Salman le droit de conduire, elles n’en restent pas moins prisonnières dans leur propre pays. Conséquence : elles sont plus de mille à tenter de quitter le pays tous les ans. Un phénomène qui n’a pas échappé au gouvernement qui, en partenariat avec l’application Absher, permet aux pères et maris d'empêcher leurs femmes et leurs filles de quitter le royaume. Les hommes utilisent cette appli pour payer des amendes, renouveler leur permis de conduire et surtout, pour surveiller les moindres déplacements des femmes qui sont sous leur tutelle. En effet, dans ce pays, les femmes ont besoin de l’autorisation d’un tuteur (père, frère ou mari) pour voyager. Ainsi, grâce à cette application, les hommes peuvent accorder, et surtout refuser, la permission de voyager à leurs femmes et filles. Si l’une d’entre elles présente son passeport sans l’autorisation de son mari ou de son père, l'appli envoie directement une notification au principal intéressé. Résultat : elle se retrouve coincée. Non vous ne rêvez pas, nous sommes bien au XXIème siècle. 

Seuls moments où les Saoudiennes peuvent quitter le pays sans être surveillées : les voyages à l'étranger. C'est en effet la seule période où les autorités ont ordre de ne pas les espionner. Nombreuses sont les femmes qui font donc le choix de partir sans ne jamais revenir. Certaines tentent également de contourner cette loi en usurpant l'identité de leurs tuteurs ou en dérobant leurs smartphones. Problème : la plupart d’entre elles sont rattrapées par leur famille et les sanctions sont extrêmement brutales. Des réseaux d’entraide intérieurs et extérieurs sont en construction, mais les démarches pour y accéder sont longues et fastidieuses. Et les chances de s’évader restent minimes. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires