5 trucs qui ne vont pas nous manquer quand on aura plus Facebook 5 trucs qui ne vont pas nous manquer quand on aura plus Facebook

News

5 trucs qui ne vont pas nous manquer quand on n'aura plus Facebook par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Vendredi 13 Avril 2018

Le 13 avril 2018, un sondage Ifop a révélé que 25% des Français sont prêts à débrancher Facebook, après le scandale de Cambridge Analytica. Pour ceux qui hésitent encore, on vous donne 5 bonnes raisons de sauter le pas.

#1 Les invitations à jouer à des jeux

Facebook, c’est le territoire du fun… Ou pas. Qui n'est pas heureux de voir une notification apparaître sur son fil d'actualité ? Jusqu'au moment où ce message apparaît : "Odette G**** vous invite à jouer à Candy Crush".  Des invitations venant souvent de la même personne : la doyenne de votre liste d’amis. Alors une bonne fois pour toutes, Odette : non, merci.

#2 Les statuts/photos de nos potes enceintes

L’amitié, selon Facebook, c’est partager une grossesse. On a tous cette pote qui a tellement hâte d’être maman qu’elle poste à longueur de journée des photos aux légendes mielleuses. Le plus souvent dédiées à "son homme" et au bonheur de donner la vie. Vous pensez en être débarrassé après la naissance ? Attendez de découvrir la garde-robe de sa "petite puce"

#3 Les déclarations d’amour enflammées

Publier une photo occasionnelle de son couple sur les réseaux, c’est mignon. Le faire tous les jours et accompagner le dit-cliché d’un commentaire limite NSFW, c’est gênant. Quitter Facebook, c'est se débarrasser des statuts qui font 50 lignes (minimum), généralement publiés par votre petite cousine de 15 ans qui découvre l’amour. 

via GIPHY

#4 Les selfies à la salle de sport

Vous êtes motivés ? Pas la peine de vous la péter. Surtout si vous imposez à notre fil d’actu un selfie-mirroir quotidien, légendé d’un #NoPainNoGain. Pour info, selon une étude de l’Université de Brunel à Londres, ceux qui tiennent à partager leur routine sportive sur les réseaux sociaux sont plus susceptibles de souffrir de troubles psychologiques...

#5 La fausse modestie

Plus souvent appelée "humblebrag" dans le monde merveilleux des Internets. Sur Facebook, la fausse modestie est monnaie courante. Petit exemple : cette pote splendide à toute heure et qui poste régulièrement des photos légendées "Réveil la tête dans le c**". Si flatter son égo peut parfois faire du bien, les fakers en abusent. On vous a à l’œil !  

 

via GIPHY

 

 

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus