4 faits qui prouvent que les Etats-Unis deviennent comme The Handmaid’s Tale 4 faits qui prouvent que les Etats-Unis deviennent comme The Handmaid’s Tale

News

IVG : 4 faits qui prouvent que les Etats-Unis deviennent comme "The Handmaid’s Tale"

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Mardi 2 Juillet 2019

Avec plus de 300 mesures restrictives contre le droit à l'avortement depuis début 2019, plusieurs cas démontrent que les Etats-Unis prend de plus en plus des airs de l'état fictif de la série, Gilead.

#1 En Alabama, il n’est plus possible d’avorter
Cette loi a eu comme l’effet d’une bombe en mai dernier. Le Sénat de cet état conservateur a voté la loi la plus restrictive de l'histoire des Etats-Unis, concernant l’avortement. Les médecins y ont désormais interdiction formelle de pratiquer une IVG, encourant une peine de prison qui va de 10 à 99 ans. Et ceci, même en cas de viol ou d’inceste. Comme dans The Handmaid's Tale, la procréation avant tout.

#2 Marshae Jones emprisonnée à cause d’une fausse couche
C'est une histoire qui fait beaucoup de bruit à l'échelle internationale. Mercredi 26 juin 2019, une femme de 27 ans, Marshae Jones, est inculpée (toujours) en Alabama par un Grand Jury, pour la mort de son enfant à naître. Lorsqu’elle était enceinte de 4 mois, le 4 décembre 2018, une dispute éclate avec une autre femme. La femme enceinte reçoit une blessure par balle, qui lui provoque une fausse couche. Elle est alors accusée d’homicide involontaire, puis inculpée par un Grand Jury. Tandis que les charges judiciaires contre l’auteur des coups de feu, ont été abandonnées.

#3 En Louisiane, le battement de cœur qui cristallise 
En juin dernier, le Sénat de Louisiane a adopté une loi interdisant aux femmes d’avoir recours à l’avortement dès que "les battements du cœur" du fœtus peuvent être détectés, soit six semaines après fécondation. Une restriction qui permet à peu de femmes d'avoir recours à temps à une IVG. Tout comme en Géorgie, où avorter après six semaines peut mener à une peine de prison, voire la peine de mort.

#4 Dans le Missouri, il n’y aura bientôt plus aucune clinique pour avorter
C’est une bataille judiciaire qui dure depuis plusieurs mois. L’état du Missouri, très catholique, compte faire fermer la dernière clinique du territoire pratiquant les avortements. Le département de santé de cet état, ayant refusé de renouveler la licence de l’établissement médical. Une autre manière de restreindre ce droit fondamental pour les femmes, dans un pays où la legislation fait de plus en plus penser à Gilead.

Christelle Murhula

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires