Geek home

Oups, erreur de destinataire…

Oups, erreur de destinataire…

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 12 Novembre 2010

Il nous est déjà arrivé à toutes d’envoyer un message compromettant à la mauvaise personne... Aujourd’hui, il existe (parfois) un moyen de rectifier le tir.

Souvenez-vous, la fois où vous aviez pensé envoyer un mail à votre meilleure copine de bureau pour lui dire que« Sandrine avait définitivement les fesses les plus grosses de la Terre, surtout dans son nouveau jean ». Et où c’était justement Sandrine qui avait répondu, par un « tu as dû faire une erreur… » glaçant.

Bonne nouvelle ! Gmail et son équipe d’ingénieurs ont apparemment pensé à cette pauvre Sandrine (qui n’aurait jamais dû apprendre que ce jean n’était pas fait pour elle) et à tous les autres destinataires malheureux. Gmail Labs, une fonctionnalité de la messagerie finalement assez méconnue et unique en son genre, permet de supprimer un mail déjà envoyé en cas d’erreur.
Pour l’activer, quelques simples manipulations sont nécessaires : on va dans les paramètres, on passe son compte Gmail en « anglais US » (le Gmail américain est plus à la pointe…) et on rafraîchit la page. On va ensuite dans l’onglet « Labs » (toujours dans les paramètres) et on active la fameuse option intitulée « Undo Send ». A chaque mail envoyé, un petit encart s’affichera dorénavant à chaque fois en haut(cf. illustration).

Une option bien pratique, certes… mais disponible uniquement quelques secondes après l’envoi du mail (entre 5 et 7 secondes d’après nos tests, on a donc intérêt à être réactive et à réaliser rapidement sa bourde), et sur la populaire boîte Gmail. Les utilisateurs de Hotmail, Outlook et autres messageries devront donc encore attendre avant de pouvoir sauver leur peau. Ou devront peut-être songer à une solution plus radicale, comme celle qui consiste à pirater la boîte mail de la pauvre victime pour récupérer l’objet du délit par exemple. Mais ça, on n’expliquera pas comment le faire (parce qu’on cherche encore à comprendre, bien sûr)…
 

Marine Benoit

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus