8 gestes simples pour sauver les abeilles 8 gestes simples pour sauver les abeilles

Société

8 gestes simples pour sauver les abeilles

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 20 Mai 2020

On le sait, les abeilles sont des alliées indispensables à la survie de nos écosystèmes. Face à la disparition de ces butineuses, qui s’accélère d’année en année, voici quelques initiatives à la portée de chacun pour donner un coup de pouce à la nature !

Depuis plusieurs années, des recherches et des cris d’alarme de la communauté scientifique mettent en lumière le lien sensible entre l’abondance ou non de nos récoltes ou la pérennité des plantes sauvages avec l'activité des pollinisateurs.  

On estime qu’en France, 30% des colonies d’abeilles disparaissent chaque année. Ce phénomène mondial porte le nom de « syndrome d’effondrement des colonies ». Les scientifiques sont en mesure, pour l’instant, que d’accorder une série de facteurs comme le dérèglement climatique et l’utilisation à outrance de pesticides pour l’expliquer. Et même si certains apiculteurs français témoignent que le récent confinement permet ces jours-ci aux abeilles de butiner « tranquillement » constatant une croissance de la production de miel, ce répit de la nature est insuffisant pour assurer la sauvegarde d’une espèce dont nous sommes si dépendants. 

1/ Un jardin au naturel

Plutôt qu’un gazon tondu au millimètre, il est préférable de laisser quelques (pas si) mauvaises herbes pousser naturellement. Les abeilles sont friandes des fleurs de pissenlit ou de trèfle qui poussent abondamment si on les laisse faire. On évite l’effort du désherbage en rendant aux abeilles un fier service !

2/ Semer des fleurs sauvages ou des aromatiques

En massif dans un jardin ou tout simplement en jardinière sur un balcon, plantez autour de vous ! L’idéal est de choisir des graines bio de fleurs mellifères. C’est à dire des variétés qui procurent nectar, pollen et protéines utiles aux butineuses. Coquelicots, Cameline, Origan, Bleuets ou Centaurées, il en existe une très large variété. Certains semenciers proposent des kits de graines en mélange conçus pour attirer les abeilles mais aussi très agréable à regarder ! De plus, la période est propice pour semer. 

https://www.fermedesaintemarthe.com/A-20186-fleurs-en-melange-melliferes-pour-balcon-5-nt.aspx

3/ Acheter local

En pleine période de confinement, nous faisons pour beaucoup d’entre nous, un retour à l’essentiel. Consommer, certes, mais intelligemment. Valider des circuits courts en est un principe majeur. Il y a certainement dans votre région des apiculteurs qui font de la vente directe ou par le biais des épiceries bio. 

4/ Héberger des abeilles maçonnes

Hormis les abeilles mellifères, de nombreuses autres espèces sauvages contribuent à la pollinisation. Deux biologistes suisses ont fondé Pollinature, qui propose d’installer une Beehome dans le jardin ou sur un balcon. Le principe est simple. Sous la forme d’un hôtel à insectes, la maisonnette Beehome est accompagnée d’une population de 25 cocons d’abeilles maçonnes en hibernation. On peut ainsi observer tout un cycle de vie des insectes. Les femelles vont venir construire leurs nids dans cette même maisonnette tout en pollinisant les plantes aux alentours dans un rayon de 100 à 300 mètres. À la fin de l’été, la nouvelle génération entre en hibernation pour ressortir au printemps prochain. Les abeilles maçonnes vivent en solitaire et ne produisent pas de miel. Cependant, elles sont inoffensives et assurent la pollinisation comme des chefs ! Un procédé fascinant à découvrir même pour les plus jeunes sans aucun risque. 

https://beehome.net/fr/

5/ Installer un point d’eau

Les abeilles aussi ont soif. Mettre à leur disposition un petit point d’eau dans une coupelle par exemple assortie de quelques morceaux de bois ou gravillons pour qu’elles ne se noient pas est un geste pas si anodin. 

6/ Pas de pesticides

Les pesticides représentent un grand danger pour les abeilles. Notamment les néonicotinoïdes. Ces insecticides, mondialement répandus, sont connus pour attaquer les systèmes nerveux des abeilles ou à moindre mesure, complètement les désorienter. Même si depuis quelques années la législation française les interdit un par un, des études prouvent qu’ils persistent dans l’environnement et dans le pollen des cultures qui y étaient associées.  Pour limiter ces dégâts, plutôt que fongicides ou herbicides, il existe des solutions de lutte naturelle (décoctions, paillage…)

7/ Parrainer une ruche

Le constat est glaçant, en 10 ans, 15 000 apiculteurs ont mis la clé sous la porte. Cependant la demande étant constante, cela signifie que nous importons beaucoup de miel en France et parfois de très loin. Un toit pour les abeilles a mis en place un réseau « abeilles/apiculteurs/parrains » qui permet de sauvegarder ce savoir-faire français en plus des colonies d’abeilles. Pour joindre l’utile à l’agréable, en parrainant 10% d’une ruche, six pots de miel de la production seront livrés chez vous. Une manière d’agir utile et durable envers le « Made in France ». 

https://www.untoitpourlesabeilles.fr/

8/ Attention au frelon asiatique !

C’est le cauchemar des apiculteurs ! Venu d’Asie, il sévit en France depuis quelques années et est responsable du déclin d’essaims entiers d’abeilles. Il est très risqué de vouloir les déloger si vous trouvez un nid à proximité de chez vous. Appelez votre commune ou votre mairie qui enverra une équipe compétente pour le détruire.

Hasitha Ratnayake

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires