Voici combien d’arbres il faudrait planter pour mettre fin à la crise climatique Voici combien d’arbres il faudrait planter pour mettre fin à la crise climatique

Planète

Voici combien d’arbres il faudrait planter pour mettre fin à la crise climatique

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 5 Octobre 2019

Selon une étude publiée par la revue Science, le meilleur moyen pour parer à l’urgence climatique, c’est la reforestation. Et les recherches dévoilent le nombre exact d’arbres nécessaire pour faire reculer la pollution.

L’urgence climatique, rime avec l’urgence de trouver des solutions pour l’environnement. Dans la revue spécialisée Science The Crowther Lab, un groupe de scientifiques pluridisciplinaires, a publié sa solution : la reforestation. Les résultats de leurs recherches, parues cet été, montrent qu’il faudrait planter des arbres sur environ 0.9 milliard d’hectares de terre pour pouvoir, à terme, absorber les deux tiers des émissions de carbone generés par les hommes. Selon les experts, ces nouvelles forêts pourraient stocker 205 milliards de tonnes de carbone, soit les deux tiers de carbone libérés par l’activité dans l’atmosphère depuis la révolution industrielle.

Les chercheurs ont également calculé les emplacements géographiques où ils seraient le plus bénéfique d’opérer cette reforestation. Au total, six pays ont tiré leur épingle du jeu : la Russie (151 millions d’hectares); les États-Unis (103 millions d'hectares); Canada (78,4 millions d’hectares); Australie (58 millions d’hectares); Brésil (49,7 millions d'hectares); et la Chine (40,2 millions d'hectares). "Notre étude montre clairement que la restauration des forêts est la meilleure solution disponible actuellement pour lutter contre le changement climatique. Mais nous devons agir rapidement, alerte Thomas Crowther co-auteur de l’étude et fondateur de Wrowther Lab, car de nouvelles forêts mettront des décennies à mûrir et à réaliser leur plein potentiel en tant que source de stockage de carbone naturel."

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires