Une baleine retrouvée échouée sur le dos en pleine forêt amazonienne Une baleine retrouvée échouée sur le dos en pleine forêt amazonienne

Planète

Une baleine retrouvée échouée sur le dos en pleine forêt amazonienne

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 28 Février 2019

Vendredi 22 février 2019, une baleine à bosse de huit mètres de long a été retrouvée dans la forêt amazonienne à Soure, sur l’île de Marajó au Brésil. Comment cet énorme animal marin a pu se retrouver là ? Le mystère reste entier.

Le 22 février 2019, des habitants de l’île de Marajó ont fait une découverte des plus énigmatiques. En pleine forêt amazonienne, une baleine à bosse de huit mètres de long a été retrouvée sur le dos. Le cétacé, inerte, était mort depuis plusieurs jours. Ce sont les vautours, tournoyant dans les airs à la recherche d’une proie, qui ont guidé les passants jusqu’à l’animal...  

Les spécialistes de l’ONG Bicho D’Agua se sont rendus sur place après avoir été alertés par les images de la baleine qui étaient massivement partagées sur les réseaux sociaux. Intrigués, les biologistes ont tenté de résoudre ce mystère. Leurs premières observations ont démontré que la baleine était un spécimen jeune d’environ un an (le cétacé peut mesurer jusqu’à 14 mètres de long). Aucune blessure n’a été repérée sur son corps. Un constat inquiétant, puisque des blessures auraient pu expliquer pourquoi la baleine se trouvait à plus d’une quinzaine de mètres de l’océan, Marajó étant l’île côtière la plus grande du Brésil. Le mystère est d’autant plus obscur lorsqu’on sait que la baleine se retrouvait très loin de son habitat naturel saisonnier. Comme l’explique Emeline Férard sur le site Geo, quand arrive l’été, les baleines à bosse voyagent vers le sud à plus de 6 000 kilomètres pour rejoindre l’Antarctique. Une présence inhabituelle car dans l’hémisphère Sud, c’est l’été en février.

À cette énigme deux hypothèses ont été retenues par les biologistes. La première d’ordre écologique : le jeune cétacé aurait ingéré du plastique qui l’aurait ensuite empêché de nager à travers les puissantes vagues. La deuxième suggère que l’animal pourrait s’être perdu pendant la migration. Les spécialistes continuent activement à analyser le corps de l’animal pour élucider ce mystère de la nature.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Bicho D'água (@bicho_dagua) le

 

Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires