Un premier vaccin très prometteur contre la chlamydia est en cours de développement Un premier vaccin très prometteur contre la chlamydia est en cours de développement

Planète

Un premier vaccin très prometteur contre la chlamydia est en cours de développement

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 20 Août 2019

Des premiers tests sur un vaccin contre la chlamydia ont été réalisés et ceux-ci se veulent plutôt positifs. De quoi donner de l’espoir même si il reste encore plusieurs années de recherches à mener.

Sera-t-il un jour possible de se faire vacciner contre la chlamydia ? Des chercheurs danois et britanniques avancent que c’est en bonne voie. Ces derniers ont réalisé les tous premiers essais cliniques sur un vaccin contre la chlamydia et les résultats se sont montrés plutôt encourageants. Pour rappel, cette maladie sexuellement transmissible plutôt courante touche surtout les femmes âgées entre 18 et 25 ans et peut provoquer des maladies pelviennes inflammatoires, entraîner des douleurs chroniques mais aussi accroître le risque d’infertilité ou de grossesses extra-utérines. Encore en pleine élaboration, d’après les premières informations parues dans la revue The Lancet Infectious Diseases, ce vaccin serait déjà "sûr et capable de provoquer une réponse immunitaire". Reste encore à déterminer à travers des tests et des recherches plus approfondies si cette "réponse immunitaire protège vraiment efficacement"

Pour mener à bien leur étude qui n’est encore qu’au stade préliminaire, les chercheurs ont fait appel à 35 femmes qui n’avaient pas été infectées par la chlamydia et ont utilisé deux formules différentes du vaccin. Quinze d’entre elles ont reçu la première formulation, 15 autres la seconde et les cinq dernières se sont vues injectées un placebo. Bilan ? Les deux versions du vaccin ont provoqué une réponse immunitaire sur les femmes soumises au test, mais c’est la première qui aurait généré les meilleures performances et qui a permis une production d’anticorps plus importante. C’est donc celle-ci qui a été retenue pour la suite de l’étude. 

Les scientifiques ont néanmoins précisé que de "nombreuses années de recherches" étaient encore nécessaires avant d’arriver au vaccin définitif. Pour l’instant, ils prévoient de passer : "au prochain stade, l’étude clinique de phase 2". On peut tout de même noter qu’il s’agit d’une avancée non négligeable et qui donne l’espoir de mettre un jour fin à la chlamydia. Surtout lorsque que l’on sait que selon l’OMS, chaque année 131 millions de personnes contractent une infection à la bactérie chlamydia et que 70% des femmes infectées ne ressentent aucun symptômes et ignorent donc souvent qu’elles ont contracté la maladie. Pour le moment le meilleur moyen de prévenir la transmission de l’infection reste encore de privilégier des rapports sexuels protégés.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires