Un million d’espèces pourraient être menacées d’extinction Un million d’espèces pourraient être menacées d’extinction

Planète

Un million d’espèces pourraient être menacées d’extinction par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 24 Avril 2019

Alors que la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques se réunira dès le 29 avril 2019 pour adopter officiellement la première évaluation mondiale des écosystèmes, l’AFP s’est procurée le dernier projet en date de l’ONU sur la biodiversité. Et les nouvelles ne sont vraiment pas bonnes.

Du 29 avril au 4 mai 2019, la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) se réunira pour adopter une nouvelle évaluation mondiale des écosystèmes, une première en quinze ans. Mais les résultats risquent d’être particulièrement désastreux. Selon le dernier projet de rapport en date de l’ONU, 500 000 à 1 000 000 d’espèces végétales et animales, sur les huit millions estimées, pourraient disparaître totalement de la surface de la Terre, la plupart "dans les prochaines décennies".

Des conclusions quasi apocalyptiques, obtenues après trois années de travaux scientifiques, qui pourraient annoncer le début de la sixième "extinction de masse", la toute première officiellement attribuée à l’Homme. Depuis 500 ans, elle est à l’origine de la disparition d’au moins 680 espèces de vertébrés et le rapport estime que trois-quarts des surfaces terrestres, 40% de l’environnement marin et la moitié des cours d’eau ont été "gravement altérés". Premiers responsables de cette situation : l’utilisation massive des terres, notamment pour l’agriculture, l’exploitation directe des ressources animales, le réchauffement climatique et les multiples pollutions. Un compte-rendu alarmant qui pourrait être amené à changer au cours des prochaines réunions de l'IPBES mais qui prouve, une fois de plus, qu’il est grand temps d’agir. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires