Santé : la téléconsultation proposée par Doctolib est-elle une bonne idée ? Santé : la téléconsultation proposée par Doctolib est-elle une bonne idée ?

Planète

Santé : la téléconsultation proposée par Doctolib est-elle une bonne idée ? par Marine Decremps

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 14 Janvier 2019

Le site Doctolib a lancé dimanche 13 janvier 2019 sa plateforme de téléconsultation avec paiement en ligne et rédaction d'ordonnance numérique. Remboursée sous certaines conditions par l’Assurance Maladie, la consultation virtuelle pose des questions d’éthique.

Le leader français de la prise de rendez-vous médicaux en ligne Doctolib va encore plus loin en proposant un service de consultation virtuelle à distance. En pratique, mais uniquement si la pathologie le permet, les patients pourront s’entretenir avec un médecin pour un diagnostic ou un renouvellement d’ordonnance, par exemple. "On a eu des milliers de demandes de nos médecins de lancer la téléconsultation et de leur donner la capacité de le faire pour leurs patients, et on a eu aussi des milliers de demandes de patients, qui veulent faciliter leur accès aux médecins", a expliqué Stanislas Niox-Château, président et cofondateur de Doctolib, au site BFM. Quid du remboursement ? Cette consultation non présentielle pourrait être prise en charge par l’Assurance Maladie à une condition : qu’elle soit réalisée par le médecin traitant – encore faut-il qu’il soit équipé – ou un spécialiste consulté physiquement dans les 12 derniers mois. Pour le moment le système de remboursement connaîtrait quelques bégaiements.

Une commercialisation de la santé
Le but, gagner du temps et certainement tenter de pallier le manque de médecins généralistes. Si 100 médecins franciliens ont adhéré au service, il n’est pas du goût de tout le monde. Le docteur Bruno Decremps, installé dans le sud de la France n’adhère pas vraiment à la proposition car selon le praticien, une rencontre physique est obligatoire pour établir au mieux un diagnostic. “Lors d’un diagnostic, on ne peut pas par exemple nier l’environnement de la personne. Or en cas de téléconsultation, on risque de passer à côté d’une piste que seule la consultation à domicile permettrait d'explorer”, explique-t-il, avant d’ajouter : “évidemment on peut imaginer que la médecine doit évoluer et que les deux pourraient à terme cohabiter. Il n’en reste pas moins que la médecine n’est pas une question d’algorithmes, s'habituer à aller chercher des réponse sur Internet et la résumer à une immédiateté procurée par la technologie est un risque”. Afin de s’inscrire à ce service, les professionnels intéressés devront payer 79 euros par mois à Doctolib. Une donnée qui gêne aussi le médecin généraliste qui déplore assister à une commercialisation de l’art de la médecine. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires