Pourrons-nous un jour hiberner comme les ours ? Pourrons-nous un jour hiberner comme les ours ?

Planète

Pourrons-nous un jour hiberner comme les ours ? par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 27 Novembre 2019

Tous les hivers, certaines espèces comme les ours hibernent pour ne se réveiller qu’au printemps. Un processus naturel qu’étudient actuellement des scientifiques américain.e.s pour tenter de l’appliquer aux Hommes.

Pourrons-nous un jour hiberner comme les ours ? C’est la question que se posent en ce moment des scientifiques américains. Vous nous direz, c’est exactement ce que nous faisons tous les dimanches… Plus sérieusement, depuis septembre 2019, une équipe de chercheur.se.s du centre de recherche WSU Bear Centre étudie ce processus naturel pour tenter de faire hiberner les hommes et les femmes.

Une telle expérience pourrait permettre des avancées médicales et des innovations dans le domaine spatial. Elle pourrait faciliter les déplacements de planète en planète en permettant des économies de nourriture, d’eau et d’air. Pour ce faire, ils ont prélevé des échantillons de foie, de graisse et de muscle de six grizzlys en captivité trois fois par an pour tenter de trouver un "déclencheur physiologue" au fait que lorsqu’un animal dorme tout l'hiver. En effet, à ce moment-là, sa fréquence cardiaque baisse et la quantité d’azote contenue dans son sang augmente le rendant plus résistant à l’insuline. Selon leurs résultats, seuls les tissus adipeux, leur graisse, changent pendant l'hibernation tandis que les muscles restent actifs. Ils/elles ont également découvert que leur graisse ne contient non pas un seul type de gène propice à ce processus naturel mais bien un "nombre de gènes différents". Le professeur Heiko Jansen, auteur principal de l'étude, imagine un jour "manipuler les cellules" humaines pour faire hiberner les Hommes et faciliter les voyages spatiaux mais il reconnaît que "nous en sommes encore loin".

Dormir plusieurs mois de suite n’est pas propre à l’ours. C’est aussi le cas des tortues et des écureuils dont l’équipe de Matt Andrews de l’université du Nebraska à Lincoln (Etats-Unis) a étudié le métabolisme. Et c’est ainsi qu’elle s’est rendue compte que ce processus pouvait aussi être un bon traitement contre les chocs hémorragiques. Effectivement, pendant qu’ils hibernent, ces animaux utilisent de la mélatonine, puissant antioxydant, pour protéger leurs cellules. Une découverte dont se sont servi.e.s les scientifiques pour inventer un cocktail pouvant être injecté à une personne en état de choc hémorragique, afin de réduire les dommages sur ses tissus. Si les expérimentations continuent d’aller dans le bon sens, l’hibernation pourrait aussi à terme être utilisée pour les greffes d’organes afin de les conserver plus longtemps. Et nous permettre de dormir tout l’hiver.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires