Etude : plusieurs rivières du monde sont contaminées par des antibiotiques Etude : plusieurs rivières du monde sont contaminées par des antibiotiques

Planète

Etude : de nombreuses rivières dans le monde sont contaminées par des antibiotiques

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 29 Mai 2019

Quatorze antibiotiques ont été retrouvés dans les rivières de 72 pays, d'après une étude britannique inédite publiée lundi 27 mai. Les concentrations de médicaments trouvés dépassent jusqu'à 300 fois les niveaux de "sécurité".

Nous le savions déjà, les fleuves du monde entier sont pollués. Mais selon un nouveau rapport dirigé par l’Université de York, au Royaume-Uni, deux tiers des rivières de la planète sont contaminées par des antibiotiques. Les chercheurs ont examiné 14 médicaments couramment utilisés, présents dans les rivières de 72 pays. Ils ont également appris que les antibiotiques étaient présents dans les deux tiers des échantillons récoltés, comme on peut le lire sur Slate.

Selon cette nouvelle étude, les niveaux acceptables sont ainsi le plus souvent dépassés en Asie et en Afrique, mais les autres continents ne sont pas non plus épargnés. Témoignant d'un "problème mondial", le communiqué précise que les rivières les plus touchées se trouvent au Bangladesh, Kenya, Ghana, Pakistan et Nigeria. Leur concentration dépasse jusqu'à 300 fois les niveaux de "sécurite".

Les scientifiques craignent que les antibiotiques présents dans les rivières ne provoquent une résistance des bactéries, ce qui signifie que ces dernières ne pourrait plus être utilisées dans des médicaments pour les humains. L'ONU estime que l'augmentation de la résistance aux antibiotiques pourrait tuer 10 millions de personnes d'ici 2050.

Les bactéries peuvent devenir résistantes quand les patients utilisent des antibiotiques dont ils n'ont pas besoin, ou bien ne terminent pas leur traitement, donnant ainsi à la bactérie une chance de survivre et de développer une immunité. Mais les chercheurs de l'Université d'York évoquent aussi un lien avec leur présence dans l'environnement

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires