Planète : le changement climatique entraîne des taux de mercure toxiques dans les produits de la mer Planète : le changement climatique entraîne des taux de mercure toxiques dans les produits de la mer

Planète

Planète : le changement climatique entraîne des taux de mercure toxiques dans les produits de la mer par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Dimanche 11 Août 2019

Destruction des écosystèmes, disparition de certaines espèces et dégradation des conditions de vie des Hommes, le changement climatique n’en n’est plus à un dégât près. Cette fois-ci, il s’attaque aux océans. Explications.

Une menace de plus pour les mers mondiales. Une récente étude menée par des chercheur.se.s de l’université de Harvard aux États-Unis, vient de prouver que le changement climatique dégrade également la qualité de l’eau des océans. Selon eux/elles, 4/5ème du mercure rejeté dans l’atmosphère pourrait s'y retrouver et donc, à terme, dans les poissons et les crustacés. Problème : le mercure rejeté dans l’écosystème marin, le méthylmercure, est extrêmement dangereux pour l’Homme et affecte ses fonctions cognitives, particulièrement celles des enfants. Ils/elles sont en effet particulièrement sensibles aux taux élevés de mercure dans les aliments car leurs systèmes nerveux et leurs cerveaux sont en plein développement. 

Sont majoritairement concernés, la morue, les roussettes et le thon. À en croire les expert.e.s, une simple hausse des températures de 1°C augmenterait le taux de mercure de 10% dans le thon et de 20°C dans les roussettes. Un cercle vicieux puisque les grandes créatures se nourrissent des plus petites, ce qui finit par contaminer une grande partie de la chaîne des produits de la mer

"Le changement climatique va exacerber l’exposition des humains au méthylmercure à travers les produits de la mer, alors pour protéger les écosystèmes et les Hommes, nous devons réguler à la fois nos émissions de mercure et celles de gaz à effet de serre", a précisé Elsie Sunderland, auteure principale de l’étude. Il serait peut-être temps de s’y mettre. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires