Planète : l’Amazonie brûle et l’incendie plonge Sao Paulo dans le noir Planète : l’Amazonie brûle et l’incendie plonge Sao Paulo dans le noir

Planète

Planète : l’Amazonie brûle et l’incendie plonge Sao Paulo dans le noir par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 21 Août 2019

Voilà déjà plus d’un mois que l’Amazonie est en proie aux flammes. Et la situation est loin de s’améliorer, la faute, selon les internautes, à la politique climato-sceptique du président Jair Bolsonaro. Explications.

Le 19 août 2019, la ville brésilienne de Sao Paulo s’est retrouvée complètement plongée dans le noir, déclenchant une vague d’inquiétude sur les réseaux sociaux. Une prise de conscience nécessaire qui intervient alors que l’Amazonie brûle depuis déjà plusieurs semaines. Depuis le début du mois de juillet, plus de mille hectares de forêt ont été détruits par les flammes dans la réserve naturelle de l’État de Rondonia, situé à la frontière avec la Bolivie. Des départs de feux ont également été récemment constaté dans la région du Mato Grosso et l'État d'Amazonas, situé dans le nord-ouest du pays, le plus grand du Brésil, a déclaré l'état d'urgence en raison de l'augmentation du nombre d'incendies dans la région. Des feux qui sont notamment provoqués par des défrichements par brûlis, une technique pourtant interdite au cours de l’été, réalisés pour développer des zones de culture et d’élevage.

Le 13 août 2019, un chercheur de la Nasa Santiago Gasso a indiqué que ces nombreux brasiers avaient fini par créer une couche de fumée si épaisse, qu’elle couvrait environ 1,2 million de km², soit près de deux fois la superficie de la France. Un phénomène qui serait à l'origine de l'obscurité observée en pleine journée à Sao Paulo dernièrement. L'Institut national de recherche spatiale (INPE) a indiqué que la déforestation en juillet 2019 a été quasiment quatre fois supérieure à celle du même mois de 2018, faisant grimper le nombre d’incendies observés dans le pays. Depuis le début de l’année, ils ont augmenté de plus de 83% dans cette seule région du monde.

Le poumon de la Terre, qui absorbe à lui seul 14% du CO2 atmosphérique mondial, se meurt donc peu à peu, dans l’indifférence générale. Une situation qui inquiète particulièrement les internautes, effrayé.e.s de ne pas avoir pris conscience de l’ampleur des dégâts plus tôt. Depuis le 20 août 2019, le hashtag #PrayForAmazonia est en top tendance sur Twitter et Instagram et permet de dénoncer publiquement la politique de Jair Bolsonaro. Le président, ouvertement climato-septique, est accusé de ne rien faire pour stopper l’hémorragie. Il a même remis en cause les chiffres diffusés par les différentes associations et défenseurs de l’environnement. Pire encore, il a limogé Ricardo Galvao, directeur de l'Institut national de recherche spatiale, l’accusant de nuire à l’image du Brésil. En attendant, les flammes continuent de dévorer la forêt amazonienne. Et le feu est bien loin d’être maîtrisé.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires