Planète : la déforestation de l’Amazonie a plus que doublé en un an Planète : la déforestation de l’Amazonie a plus que doublé en un an

Planète

Planète : la déforestation de l’Amazonie a plus que doublé en un an par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Dimanche 15 Décembre 2019

Au Brésil, l’état de santé de la forêt amazonienne est de plus en plus critique. L’Institut de recherches spatiales du pays (INPE) a même annoncé que la déforestation avait progressé de 104% en un an.

La situation n’avait encore jamais été aussi inquiétante au Brésil. Après les violents incendies qui ont décimé une grande partie de la forêt amazonienne entre juillet et septembre 2019, la déforestation s’accélère dans le pays. Selon l’Institut de recherches spatiales du Brésil (INPE), l’organisme de référence pour mesurer ce phénomène, elle a atteint +104% en un an. Des données officielles inquiétantes obtenues grâce au système DETER qui permet de capter des alertes par satellite. L’agence précise même que 563km² de parcelles ont été déboisés en 2019. C’est le chiffre le plus élevé pour un mois de novembre depuis 2015.

Ainsi, depuis le début de l’année, soit les onze premiers mois du mandat du président climato-sceptique Jair Bolsonaro, la déforestation a atteint 8 974,31 km², le double du total de janvier à novembre 2018. Un système de pointe également utilisé par l’INPE a même été jusqu’à prouver que fin novembre 2019, le déboisement en Amazonie brésilienne a dépassé les 10 000 km². Une première depuis 2008. Au total, le poumon de la Terre a perdu 10 100 km² en un an, contre 7 033 km² entre août 2017 et juillet 2018. Un constat très inquiétant, d’autant plus que d’ordinaire, cette période de l’année est la moins touchée par ces phénomènes puisque la saison des pluies bat son plein. Les climatologues du monde entier se disent très inquiets de la situation.

Alors que la COP25 s’est achevée sur une note plutôt négative et sans aucune annonce en faveur de l’environnement de la part du Brésil, la plus grande forêt tropicale du monde se meurt dans un silence assourdissant. Incendies, exploitation des terres et politique climato-sceptique étant les trois principaux facteurs de son affaiblissement. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires