On ne pourra finalement pas habiter dans l'espace, selon le prix Nobel de physique On ne pourra finalement pas habiter dans l'espace, selon le prix Nobel de physique

Planète

On ne pourra finalement pas habiter dans l'espace, selon le prix Nobel de physique

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 23 Octobre 2019

L’astrophysicien suisse et lauréat du Prix Nobel de physique 2019, Michel Mayor tire la sonnette d’alarme en assurant que coloniser l’espace n’est pas une solution pour mieux vivre sur la planète. Pour lui, l’Homme doit apprendre à prendre soin de la Terre avant de penser à l’abandonner pour un autre endroit.

Michel Mayor, qui a découvert la première exoplanète (planète qui se situe hors du système solaire) en 1995 avec le Suisse Didier Queloz, alarme sur le fait qu’il ne faut pas compter migrer vers une autre planète car la plupart des planètes habitables sont beaucoup trop loin de la Terre. Exit Mars, Vénus, potentiellement habitables selon la Nasa. Même si, ces planètes étudiées scientifiquement possèdent toutes les conditions pour y vivre, le voyage vers celles-ci est quasiment impossible.

Interrogé par l’AFP, le prix Nobel de physique 2019 a insisté sur la durée d’un trajet pour arriver sur une exoplanète : "Même dans un cas très optimiste d'une planète habitable pas trop loin, disons à quelques dizaines d'années-lumière, ce qui est tout petit, le temps pour aller là-bas est considérable. Ça se chiffre en centaines de millions de jours avec les moyens actuels. Prenons soin de notre planète ici, elle est très belle et encore tout à fait habitable".

L.A

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires