Marche du Siècle : les (très) jeunes générations massivement mobilisées Marche du Siècle : les (très) jeunes générations massivement mobilisées

Planète

Marche du Siècle : les (très) jeunes générations massivement mobilisées par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 16 Mars 2019

Ce samedi 16 mars 2019, les Français.ses étaient dans la rue pour protester envers l’inaction climatique du gouvernement. Pour les Parisien.nes, rendez-vous était donné place de l’Opéra. Nous y étions et avons décidé de donner la parole à celles et ceux qui se mobilisent tous les vendredis pour un avenir meilleur, les jeunes générations.

Samedi 16 mars 2019, 15 heures, Paris : après une heure d’attente et un défilé de pancartes plus piquantes les unes que les autres, la Marche du Siècle prend son envol place de l’Opéra, direction la place de la République. Dans le cortège, près de 107 000 personnes, dont une majorité de jeunes, qui nous avouent avoir conscience qu’ils ont "rendez-vous avec l’Histoire". A les écouter, c’est maintenant ou jamais. Et leur contestation, qui prend la forme d’une grève d'école tous les vendredis et qui s'inscrit dans une dynamique mondiale, se fait de plus en plus forte. Le 15 mars 2019 par exemple, ils étaient 12 000 lycéens et étudiants à manifester leur colère envers le gouvernement partout en France.

Et ce samedi 16 mars 2019, ils unissaient leurs forces avec celles de leurs aînés. Leur message reste le même : la planète ne tourne plus très rond, la faute à une inaction climatique grandissante. Un constat alarmant qui fait peur à cette mère de famille, venue avec ses deux enfants : "Pour moi, il était important qu’ils viennent avec moi. Parce que c’est leur futur, c’est à eux de choisir la vie qu’ils ont envie d’avoir dans quelques années, et sans prise de conscience, ils ne décideront de rien". Bien loin d’être effrayé par le discours de sa mère, son fils, âgé de sept ans, nous rétorque qu’il avait envie d’être ici pour montrer qu’il n’est "pas content". Ce à quoi il s’empresse de rajouter : "S’il y a trop de pollution, on ne pourra bientôt plus respirer et ça, pour moi, c’est un problème… J’ai envie de vivre correctement". En voilà un qui a de la suite dans les idées. Et qui rejoindra peut-être bientôt les bancs des manifestations lycéennes pour le climat



Pour Anouk, le combat a commencé récemment, ce qui ne l’empêche pas d’être motivée et déterminée. "J’ai envie de voir les choses bouger rapidement. J’ai envie de changer les choses pour faire en sorte que notre planète ne se détruise pas… enfin, pas complètement…", nous confie la jeune femme. "Nous protestons tous les vendredis envers l’inaction climatique du gouvernement français parce que jusqu’ici, la jeunesse n’a absolument pas eu son mot à dire. Pourtant, c’est nous qui allons bientôt devoir arranger les choses. Autant commencer le combat maintenant", clame-t-elle. Voilà qui est plutôt clair. Aujourd’hui, plus de 350 000 personnes se sont rassemblées dans 220 villes de France. Selon les organisateurs de ces Marches du Siècle, 107 000 personnes étaient réunies à Paris, 30 000 à Lyon et 8 000 à Rennes. Preuve que les citoyens français, eux, ne sont pas prêt à lâcher l’affaire, toutes générations confondues. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires