L’humanité produit tellement de produits chimiques qu’elle est incapable d’évaluer leur impact sur l’environnement L’humanité produit tellement de produits chimiques qu’elle est incapable d’évaluer leur impact sur l’environnement

Planète

L’humanité produit tellement de produits chimiques qu’elle est incapable d’évaluer leur impact sur l’environnement par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 2 Mars 2019

Engrais, médicaments, articles ménagers… Les produits chimiques peuplent nos quotidiens, mais ils sont si nombreux, qu’il est impossible d’évaluer leur impact réel sur l’environnement. C’est ce que pointent du doigt des chercheurs de l’Université d’Oxford, qui s’inquiètent de leur vitesse de production. Explications.

Les produits chimiques font partie intégrante de nos quotidiens. On a même fini par oublier qu’ils pouvaient être nocifs pour nous et surtout, pour la planète. Pilules contraceptives, colorants alimentaires, boissons énergisantes… tous contiennent des agents chimiques extrêmement dangereux. Problème : il sont si nombreux qu’il est devenu impossible d’évaluer leur impact sur l’environnement. Pire encore, leurs effets secondaires restent encore quasi méconnus. Et c’est ce qui inquiète des chercheurs de l’Université d’Oxford qui ont publié un tableau préoccupant dans une revue de la Royal Society à Londres le 27 février 2019. Ils se sont particulièrement attardés sur les perturbateurs endocriniens, le cas le plus préoccupant selon eux. Les PCB (polychlorobiphényles ou pyralènes) contenus dans certains plastiques et dans quelques médicaments comme les antidépresseurs et les pilules contraceptives, sont en effet bien connus pour dérégler la reproduction des animaux. Et comme le rapporte le site phys.org qui relaie cette étude, "ce qui inquiète le plus les chercheurs, c’est la vitesse à laquelle de nouveaux produits chimiques sont introduits, utilisés et inévitablement rejetés dans les écosystèmes. Elle est trop élevée pour que l’on puisse évaluer leur impact"


Premiers impactés par les produits chimiques : les animaux marins. Les médicaments qui polluent nos urines, ainsi que les articles ménagers que nous utilisons, contaminent en effet directement les océans et réduisent l’espérance de vie de certaines espèces. C’est le cas d’un groupe d’orques, cités par les chercheurs anglais, qui vit au large de l’Ecosse et qui n’a eu aucun petit depuis plus de 25 ans, l’organisme d’une des femelles du groupe ayant été souillée par un taux de PCB cent fois supérieur au seuil toxicologique. "Nous sommes en train de rejeter des produits chimiques dans les océans qui pourraient potentiellement tuer la plupart des animaux marins, sans même le savoir", préviennent les scientifiques. Et si la faune est particulièrement touchée, il en va de même pour les humains puisque les perturbateurs endocriniens affectent le niveau d’intelligence et augmentent les troubles cognitifs et les risques d’autisme. Voilà qui devrait nous pousser à revoir nos habitudes… 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires