Le réchauffement climatique a fait grossir le cerveau des éléphants Le réchauffement climatique a fait grossir le cerveau des éléphants

Planète

Le réchauffement climatique a fait grossir le cerveau des éléphants par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Dimanche 30 Juin 2019

L’éléphant est l’être qui a le plus gros cerveau. Il pèse même bien plus lourd que celui de l’Homme. Mais ça n’a pas toujours été le cas. Ce serait le réchauffement climatique qui aurait fait grossir le cerveau de ces mammifères. Explications.

Avec pas moins de cinq kilos, le cerveau de l’éléphant est le plus gros de l’espèce humaine. À côté, même celui de l’Homme est minuscule puisqu’il ne pèse que 1,4 kilos. Une taille bien entendu comparable au poids du pachyderme, mais qui n’a pas toujours été celle-ci. Il y a des millions d’années, leur cerveau n’était effectivement pas aussi lourd et c’est bel et bien le réchauffement climatique qui l’a modifié. 

C’est en tout cas ce qu’affirme une équipe de scientifiques d’Afrique du Sud, d’Europe et d’Amérique du Nord qui a passé six ans à étudier l’évolution du cerveau des éléphants. Les résultats de leur immense enquête ont été publiés dans la revue Scientific Reports et viennent d’être relayés par le site Quartz. À en croire les experts, la taille du cerveau des mammifères a augmenté à deux reprises : une première fois il y a 26 millions d’années lors d’une désertification de l’Afrique à cause de la chaleur, et une seconde fois il y a 20 millions d’années au moment de l’arrivée d’un climat plus chaud et plus humide dans leur habitat naturel. Ces épisodes ont à chaque fois doublé le coefficient d’encéphalisation, c’est-à-dire l’accroissement de la taille du cerveau par rapport au reste du corps, de ces animaux. Les changements climatiques ont donc obligé les éléphants à s’adapter pour survivre. L’augmentation de la taille, et du poids, de leur cerveau pourrait donc leur avoir permis de mieux s’adapter à la Terre, déjà en constante mutation. 

Comme le précise Quartz, cette évolution est aujourd’hui "un moyen de comprendre comment les espèces modernes pourraient s’adapter à la crise climatique actuelle". Pourvu qu’elles en soient encore capables.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires