5 bonnes idées pour recycler le plastique à piquer à l'étranger 5 bonnes idées pour recycler le plastique à piquer à l'étranger

Planète

5 bonnes idées pour recycler le plastique à piquer à l'étranger

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 11 Octobre 2018

Et s’il était possible de prendre soin de l’environnement tout en gagnant de l’argent ? Voici comment ces différentes villes ont trouvé la solution pour inciter leurs habitants à recycler les déchets plastiques. En France, on s’y met quand ?

Selon une étude publiée dans la revue "Science Advances" en juillet 2017nous produisons en moyenne 380 millions de tonnes de plastique par an, dont huit à douze millions finiraient dans nos océans. 

Trop pour la planète qui étouffe sous l’amoncellement des déchets. Il est plus que temps, individuellement, de réduire massivement notre utilisation de plastique. Inciter les grandes enseignes à remplacer ou réduire les emballages devient une urgence absolue. Mais en attendant, et pour éviter que nos sodas, gobelets ou autres coton-tiges, ne finissent dans les entrailles d’une baleine, voici les solutions que certaines villes ont trouvé et appliquent déjà :

1- A Pékin, des distributeurs de tickets ont été installés dans les métros. En effet, les clients peuvent y recycler leurs déchets plastiques en échange de billets de transport gratuits.
2- Idem pour Istanbul dont les machines très sophistiquées permettent de scanner tout type de plastique et en définissent sa valeur pécuniaire. 
3- A Surubaya, en Indonésie, les bus acceptent les déchets plastiques comme moyen de paiement pour un trajet d’une durée de 2 heures.
4- En Islande et à Cape Town en Afrique du sud, des supermarchés proposent des consignes où l’on peut échanger sa bouteille plastique contre un bon d’une valeur de 10 centimes.
5- Idem en Australie du sud, dans les déchèteries, on peut consigner ses bouteilles contre 10 centimes l’unité. Cela fait quarante ans que ça dure. Pas de crédit, rien que du cash, et ça marche.

Et si Monsieur Hulot a perdu espoir, peut-être que cela donnera des idées à son successeur au ministère de l’environnement.  

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus