L’Assemblée nationale vote l’interdiction du plastique à usage unique… pour 2040 L’Assemblée nationale vote l’interdiction du plastique à usage unique… pour 2040

Planète

L’Assemblée nationale vote l’interdiction du plastique à usage unique… pour 2040 par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 11 Décembre 2019

La décision fait déjà grincer des dents. À l’heure où huit millions de tonnes de plastique sont déversées dans les océans, l’Assemblée nationale française vient de voter l’interdiction des emballages à usage unique, mais seulement pour 2040. Espérons que le Sénat parvienne à rectifier le tir.

La fin des emballages plastiques, ce n’est pas pour tout de suite. Lundi 9 décembre 2019, l’Assemblée nationale française a voté l’interdiction du plastique à usage unique… pour 2040 ! Un amendement au projet de loi anti-gaspillage qui concerne "tous les emballages alimentaires, les flacons, bouteilles, ce qui est partout dans nos placards pour l'usage domestique et industriel" et qui, s’il est définitivement adopté, imposera la mise en place d’objectifs de réduction, de réutilisation ou de recyclage des emballages tous les cinq ans jusqu’à leur suppression définitive.

Et si la secrétaire d’État de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, y voit un "signal puissant" envoyé à l’industrie et un message adressé "à nos partenaires européens", ce n’est pas du tout du goût des associations écologistes et de l’opposition. Difficile en effet d’imaginer attendre aussi longtemps pour régler le problème à l’heure où 250 kilos de plastique finissent toutes les secondes dans les océans, ce qui équivaut à huit millions de tonnes chaque année. Surtout, si aucune politique n’est rapidement mise en place, il devrait y avoir plus de déchets que de poissons dans l’eau à l’horizon 2050. La décision des député.e.s semble donc d’autant plus aberrante qu’elle semble ignorer totalement l’urgence climatique dans laquelle nous vivons. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires