Planète

88% des animaux d’eau douce ont disparu en quarante ans par Esteban de Azevedo

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 19 Août 2019

La faune des rivières et des lacs a très fortement diminué entre 1970 et 2012. La faute à la surpêche et à la surexploitation.

D’après une étude publiée le 8 août 2019 par le journal Global Change Biology, un grand nombre d'espèces qui vivent dans les lacs et les rivières ont vu leur population diminuer de 88% en quarante ans. Les rivières et les lacs ne couvrent que 1% de la surface de la Terre, mais ils voient naître plus d’un tiers des espèces vertébrées du globe et la moitié des poissons. Des points vitaux, en somme.

L’Homme est le responsable
Des scientifiques ont observé 126 espèces d’animaux d’eau douce entre 1970 et 2012. D'après leurs constatations, la faune a diminué à hauteur de 88% dans le monde et la zone la plus touchée est l’écozone indomalaise (Inde et Sud-Est asiatique) avec une baisse de 99%. Les premières victimes sont les poissons : les esturgeons, les poissons-chats géants (-94%), ainsi que les reptiles, les crocodiles, les tortues et les serpents aquatiques (-72%).

L’une des auteures de l’étude, Sonja Jähnig, explique : "Les résultats sont alarmants et confirment la crainte des scientifiques impliqués dans l’étude et la protection de la biodiversité en eau douce". Les causes de ce phénomène seraient la surpêche et la surexploitation de ces zones. La liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature comporte 34 espèces vivants en eau douce, mais ces dernières sont moins étudiées que celles de la faune marine ou terrestre. Elles sont donc moins protégées. On observe néanmoins du mieux : les populations de treize espèces, comme le castor américain ou l’esturgeon vert, se sont stabilisées ou ont augmenté aux Etats-Unis. Tout comme les dauphins de l’Irrawaddy du bassin du Mékong qui sont plus nombreux pour la première fois depuis vingt ans. Des progressions qui devront s’étendre aux autres régions du monde pour conserver l'équilibre de la faune.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires