La déforestation de l’Amazonie n’a jamais été aussi importante depuis 2008 La déforestation de l’Amazonie n’a jamais été aussi importante depuis 2008

Planète

La déforestation de l’Amazonie n’a jamais été aussi importante depuis 2008

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Lundi 2 Décembre 2019

En un an la plus grande forêt tropicale du monde a perdu plus de 10 000 km². Il s’agit de la déforestation la plus importante depuis 2008. Un constat alarmant loin d’être pris au sérieux par le gouvernement de Bolsonaro.

En 2019, l’Amazonie n'a pas été épargnée. Alors qu’elle a dû faire face à des incendies particulièrement destructeurs pendant l’été, on apprend que la déforestation continue de s’accélérer dans la partie brésilienne de la plus grande forêt tropicale du monde. Les chiffres officiels publiés jeudi 28 novembre 2019 sont en effet plutôt parlants et révèlent que le poumon de la planète a perdu 10 000 km2 entre août 2018 et juillet 2019. Soit une hausse de 43% par rapport aux 12 mois précédents. Entre août 2017 et juillet 2018, la forêt avait perdu 7033 km2. Selon l’Institut national des études spatiales (INPE), la déforestation aurait même progressé de façon encore plus importante dans les territoires indigènes (soit +74,5%).  

Une situation plutôt dramatique qui coïncide avec l’arrivée au pouvoir au Brésil d’un gouvernement climato-sceptique mené par le président d’extrême droite Jair Bolsonaro. Ce dernier étant tristement un fervent partisan des activités minières et agricole en Amazonie. Sa politique n’est donc absolument pas en faveur de l’environnement et contribue plutôt à empirer le problème alors même que le Brésil détient 60% de l’Amazonie. 

Pour l’Institut de recherche sur l’environnement sur l’Amazonie "plus on déboise -pour faire de la place pour l’élevage bovin et les cultures agricoles- et plus il y a de foyers d’incendies". Des affirmations complètement ignorées et contredites par Jair Bolsonaro qui a une nouvelle fois fait preuve de mauvaise foi en déclarant que les incendies qui accompagnent les déforestations sont liés à des pratiques traditionnelles qui ont lieu à certaines périodes de l’année. "Vous n’allez pas en finir avec la déforestation ni les incendies, c’est culturel" a-t-il osé balancer après que les flammes aient ravagé des régions entières d’Amazonie en aout et en septembre 2019.
 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires