Canicule : juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais atteint sur Terre Canicule : juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais atteint sur Terre

Planète

Canicule : juillet 2019 a été le mois le plus chaud jamais atteint sur Terre par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 3 Août 2019

L’épisode caniculaire du mois de juin 2019 avait déjà pas mal fait monter la température à la surface de la Terre, mais il semblerait que les choses ne se soient pas arrangées du tout en juillet. Selon des données provisoires, il a même battu tous les records de chaleur. Explications.

"Sans le changement climatique induit par les humains, une canicule aussi exceptionnelle que celle-ci aurait eu des températures environ 1,5 à 3°C moins élevées" : les choses ont le mérite d’être claires. D’ailleurs, elles l’étaient déjà en juin dernier, les climatologues ayant estimé que l'épisode caniculaire avait été rendu "au moins cinq fois plus probable" que si l’Homme n’avait pas altéré le climat. Quelques semaines plus tard, ils réitèrent leur propos, preuves à l’appui. 

À en croire les derniers calculs des chercheurs du réseau scientifique World Weather Attribution publiés le 2 août 2019, la période 2014-2019 a été la plus chaude jamais connue à la surface de la Terre. Surtout, juillet 2019 pourrait bien avoir battu tous les records de chaleur. Selon des données provisoires du service européen Copernicus sur le changement climatique et de l’Organisation météorologique mondiale, basées sur les 29 premiers jours du mois, il a largement dépassé les températures spectaculaires de juillet 2016 et ce partout en Europe. En France, le mercure s’est notamment envolé à plusieurs reprises, grimpant jusqu’à 42,6°C à Paris et 41,6°C à Lille. 

Une vague de chaleur sans précédent qui ne laisse rien présager de bon pour la suite. Et qui n’a pas épargné les paysages et les différents écosystèmes. Les glaciers du Groenland n’ont, par exemple, jamais perdu autant de glace en aussi peu de temps. En l’espace d’une journée, le 1er août 2019, le continent a perdu 12,5 milliards de tonnes de glace. Triste record. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires