Planète

Il ne reste plus que 412 baleines franches dans le monde par Esteban de Azevedo

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 8 Juillet 2019

Les 412 spécimens de baleines franches de l’Atlantique du nord sont en danger d’extinction.

L’espèce des baleines franches a disparu de l’Atlantique nord-est (côtes britanniques et scandinaves) mais perdure dans l’Atlantique du nord-ouest, dans les golfes du Maine et du Saint-Laurent. On l’appelle ainsi car : "quand elles sont harponnées et tuées, elles continuent de flotter parce qu’elles sont très grasses, contrairement au rorqual commun par exemple, qui lui coule" d'après Christophe Guinet, chercheur CNRS au Centre d'études biologiques de Chizé.

Seulement voilà, les décès se multiplient. Le 1er juillet 2019, l’une d’entre elles s’est retrouvée coincée dans des filets de pêche et une autre a été percutée par un navire le jour suivant. Ces décès sont dus aux activités humaines. Les autorités canadiennes ont d’ailleurs déclaré que : "85 % des baleines noires sont un jour blessées par du matériel de pêche et une baleine sur quatre s’y empêtre chaque année".
La baleine franche boréale peut vivre jusqu’à 200 ans lorsque l’Homme la laisse tranquille. Cependant, elle se reproduit peu, au rythme d’un baleineau par décennie. Une des solutions pour freiner cette hécatombe serait de limiter la vitesse des bateaux et d’interdire la pratique de certaines pêches dans des secteurs entiers. Encore faudrait-il que les autorités se mobilisent.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires