Environnement : des microplastiques qui ressemblent à des cailloux polluent les plages Environnement : des microplastiques qui ressemblent à des cailloux polluent les plages

Planète

Environnement : des microplastiques qui ressemblent à des cailloux polluent les plages par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Jeudi 22 Août 2019

Ces petites formes rondes et grises ressemblent à s’y méprendre à des cailloux, mais elles sont bien plus toxiques. Des scientifiques anglais viennent de mettre un nom sur une nouvelle sorte de plastique qui se niche sur les plages et n’avait encore jamais été répertorié.

À première vue, ces objets ronds, plats et gris retrouvés récemment sur des plages anglaises ne sont rien d’autres que des galets. Mais à y regarder de plus près, il n’en n’est rien. La réalité est bien plus inquiétante puisque ces roches sont en fait des microplastiques, formés par le feu et l’érosion. Découverts par hasard par des promeneurs en Angleterre, ils ont ensuite été examinés par Andrew Turner, chercheur en sciences environnementales à l’université de Plymouth, et son équipe. Leurs résultats ont été publiés dans la revue Science of the total environment et relayés par National Geographic le 16 août 2019.

Baptisés "pyroplastiques" par les chercheurs, ils ont également été détectés sur les côtes espagnoles et canadiennes. Leur particularité : ils sont si légers qu’ils flottent. Logique, puisqu’ils sont principalement composés de polyéthylène et de polypropylène, deux plastiques extrêmement répandues aujourd’hui. Ils doivent leur couleur grise à une combustion passée mais aussi au sable, au sel et aux mouvements de la mer. Et comme tous les plastiques, ils peuvent s’avérer extrêmement dangereux pour la faune marine car ils sont très facilement ingérables. Une nouvelle forme de pollution marine qui inquiète particulièrement les auteur.e.s de l’étude qui demandent une nouvelle classification des déchets de mer afin que ces pyroplastiques puissent être pris en compte dans les futures analyses de pollution océanique.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires