En 2020 l’Italie deviendra le premier pays du monde à rendre obligatoire l’étude des questions environnementales et climatiques dans les écoles En 2020 l’Italie deviendra le premier pays du monde à rendre obligatoire l’étude des questions environnementales et climatiques dans les écoles

Planète

En 2020 l’Italie va rendre obligatoire l’étude des questions environnementales et climatiques dans les écoles

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Jeudi 7 Novembre 2019

Lorenzo Fioramonti, ministre italien de l’Education l’a annoncé : dès 2020 l’étude du réchauffement climatique et du développement durable sera rendue obligatoire dans toutes les écoles d’Italie. Une première mondiale.

A une époque où les problématiques environnementales sont au cœur de l’actualité et des préoccupations aussi bien présentes que futures, il devient alors nécessaire d’intégrer des cours relatifs à ces sujets aux programmes scolaires. Si de nombreuses écoles font aujourd’hui déjà l’effort d’évoquer et d’intéresser leurs élèves à ces questions de société, en France cela n’est pas encore une obligation éducative. 
Mais l’Italie pourrait bien aider à entamer cette démarche, puisque le pays deviendra en septembre 2020 le premier du monde à rendre obligatoire l’étude des questions environnementales et climatiques dans toutes ses écoles publiques. Comme l’a expliqué, Lorenzo Fioramonti ministre italien de l’Education, lors d'une interview pour le magazine Reuters, les élèves bénéficieront donc désormais de 33 heures de cours par an consacrées à ces thèmatiques. D’autres matières plus traditionnelles comme l’histoire géographie, les mathématiques ou la physique devraient également être enseignées sous le prisme du développement durable. 

"Je veux faire du système éducatif italien le premier à placer l'environnement et la société au cœur de tout ce que nous apprenons à l'école" a souligné le ministre très engagé en faveur de la planète. Récemment, il était critiqué pour avoir encouragé les étudiants à sécher les cours afin de participer aux marches pour le climat initiées par Greta Thunberg
Cette nouvelle réforme scolaire se présente elle comme plutôt positive, véritablement ancrée dans son temps. Elle devrait permettre de contribuer à faire saisir à la jeune génération les enjeux de leur époque. Si celle-ci est bien menée, peut être qu’elle inspirera d’autres pays à en faire de même.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires