Écologie : le Haut Conseil pour le climat épingle la France pour sa mauvaise politique Écologie : le Haut Conseil pour le climat épingle la France pour sa mauvaise politique

Planète

Écologie : le Haut Conseil pour le climat épingle la France pour sa mauvaise politique par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Jeudi 27 Juin 2019

Mis en place en novembre 2018 par Emmanuel Macron, le Haut Conseil pour le climat (HCC) vient de rendre son tout premier rapport annuel. Et ses conclusions ne sont pas vraiment bonnes. Explications.

"Les actions engagées restent insuffisantes, alors que l'ensemble des politiques climatiques devrait dès maintenant être renforcé" : les premiers mots du premier rapport annuel du Haut conseil pour le climat (HCC), intitulé "Agir en cohérence avec les ambitions", donnent le ton. Et il n’est pas vraiment bon. Les experts invitent même la France à revoir rapidement sa politique de lutte contre le réchauffement climatique.

Les onze experts qui composent l’instance dénoncent notamment le fait que le climat n’ait pas encore été mis "au cœur de l’action publique". Ils saluent tout de même la décision du pays d’inscrire dans la loi l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050. Mais ils estiment que la trajectoire de la France est incompatible avec la plupart de ses ambitions écologiques. Corinne Le Quéré, climatologue et présidente du HCC, considère qu’au "rythme actuel, les engagements de la France ont peu de chance d’être tenus". "Tant que l'action en réponse au changement climatique restera à la périphérie des politiques publiques, la France n'aura aucune chance d'atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour cela il faut que les mesures pour réduire les émissions deviennent une priorité nationale, au cœur des décisions des acteurs publics et privés", poursuit-elle.

Ces quatre dernières années, la France n’a en effet pas du tout tenu ses objectifs. En cause : les transports, responsables de 31% des émissions CO2, les budgets carbones mal définis et surtout, peu respectés, ou encore le chauffage des bâtiments qui génère à lui seul 20% des émissions de gaz à effet de serre. Dans la ligne de mire du Haut Conseil pour le climat également, la consommation de gaz en hausse entre 2015 et 2018, et une diminution deux fois trop lente de celle de pétrole. Selon eux, seule celle de charbon a réellement diminué de manière satisfaisante. Concernant les énergies renouvelables, l’objectif fixé ne pourra pas être totalement atteint. "Les retards les plus importants concerneraient le solaire et l'éolien en mer pour l'électricité, ainsi que la biomasse et le solaire thermique pour la chaleur renouvelable", détaillent les experts.

Une mauvaise gestion climatique donc qui, selon Corinne Le Quéré, explique les vagues de chaleur auxquelles la France fait face actuellement. "On voit des impacts au niveau de la France. Par exemple, les vagues de chaleur qu'on voit en ce moment et qui augmentent en nombre, en durée, en intensité. Si on ne fait rien, cela va juste empirer", estime-t-elle. Des nouvelles inquiétantes et un bilan toujours aussi négatif dont devra répondre le gouvernement dans un délai de six mois maximum.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires