Alimentation : de nombreuses substances indésirables trouvées dans le pain Alimentation : de nombreuses substances indésirables trouvées dans le pain

Planète

De nombreuses substances indésirables ont été trouvées dans le pain par Marine Decremps

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 25 Janvier 2019

60 millions de consommateurs a testé 65 références de boulangeries artisanales ou de grandes surfaces. Verdict ? La plupart contenait des mycotoxines et des traces de polluants.

"Elles sont bien rondes vos miches !" Oui et elles sont aussi pleines de substances chimiques ! C’est en tous cas ce que révèle une étude de 60 millions de consommateurs. Le magazine a testé au total 65 produits vendus dans des boulangeries artisanales, des franchises et des grandes surfaces : "nous avons passé cinq familles de produits à la moulinette de nos analyses : des pains de mie nature, des pains de mie aux céréales, des baguettes blanches et tradition, des pains boule, des pains complets", a indiqué le média. Beaucoup d’entre eux, même artisanaux, contenaient de nombreux "auxiliaires technologiques", des mycotoxines et des traces de polluants. "Parmi les 65 références de cet essai, près d’un quart comptent plusieurs résidus de pesticides, notamment les pains de mie. Et le point noir reste l’excès de sel…" résume le magazine qui précise que quatorze additifs sont autorisés pour une baguette blanche.
60 millions de consommateur se questionne : "À quand une limite réglementaire pour le pain ?". Seul règlementé, le pain de "tradition française" ou le pain au levain, nous indique le média en précisant que ceux-ci sont encadrés par le décret du 13 septembre 1993 n’autorisant que la farine, le sel, l’eau, la levure ou bien le levain. À cela s’ajoute cinq "adjuvants naturels" : farine de fèves, de soja et de malt de blé, gluten et levure désactivée. Et un auxiliaire technologique, l’amylase fongique qui a une action liquéfiante importante au cours des premières minutes de la cuisson : l'activité de l'amylase augmente jusqu'à 55°C entraînant un assouplissement de la pâte et facilitant sous l'effet du CO2 le développement des pâtons. Le sel quant à lui, n'est pas réglementé et là aussi la revue enjoint à ce qu'un taux soit fixé.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires