Contrairement à ce qu’on pense, il n’y a pas tant de pigeons que ça à Paris Contrairement à ce qu’on pense, il n’y a pas tant de pigeons que ça à Paris

Planète

Contrairement à ce qu’on pense, il n’y a pas tant de pigeons que ça à Paris

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Jeudi 1 Août 2019

Si vous avez l’impression que Paris est envahie par les pigeons, détrompez-vous. Ces charmants volatiles ne seraient en réalité pas si nombreux qu’on le pense.

Les ornitophobes (phobiques des oiseaux) peuvent se rassurer : non il n’y a pas une surpopulation de pigeons dans la capitale. Ceux-ci seraient même beaucoup moins nombreux qu’on pourrait l’imaginer selon un rapport de l’association AERHO (Association espaces de rencontres entre les hommes et les oiseaux) commandé par la mairie de Paris. Pendant 7 mois, de novembre 2016 à mai 2017 plusieurs spécialistes ont arpenté 1300 zones bien identifiées de Paris pour attirer les pigeons avec des graines et les compter à l’œil nu. Et la conclusion de leur enquête peut surprendre : seulement 23 000 individus ont été recensés. Un résultat qui n’a donc rien à voir avec la dernière estimation de 2012 du site pigeons-contrôle.fr qui annonçait que Paris comptait entre 80 000 et 100 000 pigeons. 

Didier Lapostre, président de l’association a détaillé leur mode d’opération à Libération : "On a fait des comptages avec des appâtages (en utilisant des graines) et sans appâtage". Il a aussi expliqué que les pigeons se concentraient surtout dans des zones de nourrissages, là où des passants vont les nourrir. Ces endroits finissent par devenir naturellement leurs zones d’habitat. Ceci explique donc pourquoi certains lieux de la capitale deviennent de véritables repères à pigeons. Didier Lapostre précise également à BFM que contrairement à beaucoup d’autres oiseaux les pigeons ont une grande capacité d’adaptation à l’être humain et qu’ils n’ont donc aucune gêne à s’approcher très près d’eux. 
Pour éviter la prolifération des pigeons et les nuisances qui vont avec (fientes, bruits, parasite…), une loi vous interdit de les nourrir au risque de devoir payer une amende allant de 68 à 450 euros.

via GIPHY

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires